Nouveau journal

Bilan Kiziba: 15 morts, 87 blessés, 30 disparus, 22 arrêtés

Les refugiés congolais au camp de Kiziba, à l’ouest du Rwanda continuent à vivre les conséquences des attentats de 22 Février 2018, mais la police rwandaise se félicite de son professionnalisme qui a aidé à  limiter les dégâts.

Selon Maombi lui, ces compatriotes regrettent encore la disparition des vies humaines dans l’attentant de Février. Parlant a la Voix d’Amérique, ce représentant des refugies dit que les écoles ne fonctionnent plus comme il faut, la sante et la vie en générale ont été affectées.

Un autre refugié a signalé le non octroie des attestations de décès aux membres des familles.

Toutefois, Maombi affirme toujours que le plan de quitter le Rwanda reste une préoccupation de tous les refugies de Kiziba ; ainsi exhorte la communauté internationale de leur venir en aide pour le déplacement vers le 3ème pays.

Selon la Ministre rwandaise des affaires étrangères, ces refugiés maquent la clarté dans leur choix.

Dans une interview reprise par VAO, Louise Mushikiwabo s’exprime,  « Certains ont déjà la carte d’identité rwandaise, d’autres demandent la carte pour refugies, certains veulent rentrer au Congo, et quelques uns souhaitent être transférés au 3ème pays d’accueil ».

Alors qu’il s’adressait aux partenaires de la police le 29 mars 2018, l’inspecteur général de la police du Rwanda, Emmanuel Gasana, a déclaré que la police avait agi de manière professionnelle lors de l’opération de dispersion de ces  réfugiés congolais.

“De même pour les autres Rwandais, il est contraire à la loi de lutter contre les agents de sécurité au point de vous armer dans le besoin de faire ce que vous voulez”, a déclaré l’IGP.

Le chef de la police a déclaré que les réfugiés étaient mal élevés car ils avaient déjà des armes pour se battre.

“La bonne intervention a été intégrée pour prévenir plus de morts”, a-t-il ajouté

« Ils avaient capture le siège du HCR en plein jour, et en agitation. Ils ont même tenté de s’accaparer des armes des policiers. Tout le monde en a été témoin »

Le camp de Kiziba en district Karongi à l’Ouest du Rwanda, abrite 17000 refugiés congolais qui parlent Kinyarwanda, installés là-bas depuis l’année 1996. De l’incident du 22 Février, 21 détenus auraient paru devant la justice rwandaise la semaine passée.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

 

 

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

To Top