ECONOMIE

Bukavu : Le patron suspendu de l’anti-fraude minière dans les mains de la MONUSCO

Après la suspension du Colonel Abbas Kayonga(Munyamulenge) de la cellule anti-fraude minière au Sud-Kivu jeudi 2 novembre, les agents de l’ordre ont été déployés à son domicile et des tirs à l’arme lourde ont été entendus dans les quartiers Nguba et Muhumba dimanche matin.  Kayonga s’est par après remis à la MONUSCO, qui a sont tour le remet  à la disposition de la justice congolaise.

Dans un communiqué publié dimanche 5 novembre, le gouverneur du Sud-Kivu, Claude Nyamugabo, appelle sa population «à rester calme et à vaquer librement à ses occupations». Il a assuré que l’insurgé et ses hommes sont aux arrêts, «en attendant leur procès qui débutera incessamment.»

«(…) Il [Abbas Kayonga] a été remis par la MONUSCO à la disposition de la justice congolaise, accompagné de 16 de ses complices. Nous assurons toute la population que la justice fera son travail et sanctionnera sévèrement les coupables», a indiqué Claude Nyamugabo.

Le gouverneur a fustigé les agissements de M. Kayonga et ses complices-après sa suspension de la tête du service antifraude «pour manquements graves»- en troublant l’ordre public dans la ville de Bukavu à l’aube du dimanche 5 novembre.

Tout est parti du fait que des agents de l’ordre ont été envoyés vers la résidence d’Abbas Kayonga pour identifier les personnes armées déployées autour de sa maison et vérifier l’origine des armes que ces hommes détenaient. Un échange des tirs s’en est suivi.

«Le précité [Abbas Kayonga] a décidé de réagir de cette manière inqualifiable pour un citoyen congolais, qui de plus, est un cadre de l’administration publique», s’est désolé Claude Nyamugabo.

Il souligne que ce sont des actes «isolés qui n’impliquent ni de près ni de loin la paisible communauté Banyamulenge », de laquelle les deux appartiennent(le Colonel et le Gouverneur).

La société civile l’accuse aussi de fraude

La  décision de suspendre Abbas Kayonga de ses fonctions est rendue publique jeudi  2 novembre le gouverneur  Claude Nyamugabo, qui l’accuse de « manquement grave dans l’exercice de ses fonctions » sans plus de précision.

Quelques heures après l’annonce,  le bureau de coordination de la société civile dit se réjouir de cette décision.

Dans un message qui circule sur les réseaux sociaux et signé par son président, Patient Bashombe, renseigne que celui qui luttait contre la fraude minière aurait lui-même été surpris dans la fraude, la veille de sa révocation, mercredi 1erNovembre.

« Le Bureau de Coordination de la Société Civile du Sud Kivu se  réjouit de la révocation de Monsieur Abbas Kayonga de la Cellule Antifraude au Sud Kivu. Hier  mercredi au soir de la Journée ville morte vers 19h, il aurait été surpris entrain de faire traverser au Rwanda, une cargaison importante de tourmaline. Il aurait opposé une grande résistance aux agents de de la DGDA jusqu’au point de tenter à en venir aux armes. Heureusement il a été maîtrisé[…]», indique le message de Patient Bashombe.

Connu à Bukavu et dans le Sud-Kivu comme coordonnateur de la cellule contre la fraude minière dès le départ, le service d’Abbas Kayonga s’est étendu sur tous les produits. Il s’est surtout illustré dans la répression de l’importation frauduleuse de la bière Amstel  en provenance du Burundi.

Les méthodes de travail de ce protégé de l’ancien gouverneur Marcellin Cishambo ne faisaient pas l’unanimité dans la ville et la province, selon la société civile.

click here to receive the updated news on facebook on twitter

Jean Baptiste Karegeya

 

 

 

 

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Journal

To Top