ACTUALITE

Burundi : Les commerçants interdits de vendre le haricot hors de la Province de Muyinga

Le gouverneur de la Muyinga vient de prendre une décision qui fait polémique : les commerçants ne peuvent plus faire sortir le haricot hors de la province Muyinga. Cette décision du gouverneur a créé polémique a-t-on appris des informations qui nous parviennent du Burundi.

Un commerçant de Muyinga s’interroge ‘’C’est quoi cette mesure?’’ Les grossistes des haricots fustigent cette mesure de déclarer au media et de dire ‘’On pensait que la circulation des biens est garantie sur tout le territoire ?’’, se demande un grossiste de la province Kayanza.

Et d’ajouter ‘’Est-ce que le gouverneur a le droit de prendre cette décision?’’ Ces commerçants ne décolèrent pas. D’après eux, ce n’est pas seulement en province Muyinga que l’administration a pris cette décision. A Kirundo, c’est la même pratique. Du témoignage d’un directeur de l’école de Muyinga ‘’Je suis allé chercher à Kirundo des haricots pour mes élèves. J’ai été refoulé.’’

Le gouverneur de la province Muyinga, Aline Manirabarusha explique que cette décision est prise pour se protéger de la famine , d’après lui , la récolte a été mauvaise et elle pense que la prochaine le sera aussi. Et de dire ‘’ Des commerçants en provenance d’autres provinces viennent et raflent toute notre récolte. Nous ne voulons pas crier à la famine après l’épuisement de nos stocks.’’

Aline Manirabarusha fait savoir qu’elle a donné l’ordre aux administrateurs d’être vigilants. De clarifier ‘’A l’intérieur de la province, c’est permis. Mais chaque grossiste doit nous dire la destination de ces haricots.’’

Selon cette autorité administrative, les es commerçants qui stockent les haricots pour les revendre au prix fort en cas de pénurie. D’après les fournisseurs des écoles à régime d’internat, des camps militaires ou de police, cette mesure les perturbe beaucoup car ils doivent demander la permission à l’administration provinciale.

De leurs témoignages dirent ‘’Nous accusons du retard dans nos livraisons. Cette mesure doit être supprimée’’

Aimable Nkunzumwami, assistant du ministre du Commerce, indique qu’ils ne sont pas au courant de cette mesure.  Et de dire ‘’Nous pensions qu’il y avait une circulation libre des marchandises.’’

Même réponse de la part de Térence Ntahiraja, porte-parole du ministère de l’Intérieur et de la formation patriotique, d’ajouter ‘’C’est du nouveau, pour moi.’’ Il indique qu’il était uniquement au courant du cas de Kirundo. Pour la province de Kirundo, il dit que c’est un cas exceptionnel, car le gouverneur de Kirundo a pris cette décision à cause de la famine qui sévit dans cette région.

Pour le cas de Muyinga, Térence Ntahiraja indique que le gouverneur a le droit de prendre des mesures à court terme pour la sécurité des biens et des personnes. «La mesure prise par le gouverneur n’est pas une loi. C’est une façon de réguler ce commerce.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter 

Abdou Nyampeta/Bwiza.com

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Journal

To Top