JOURNAL

Donner aux scientifiques africains la chance de rivaliser professionnellement – P. Kagame

Le président Paul Kagame a préconisé la prise en compte de l’expertise technique africaine lors de la mise en œuvre des projets plutôt que de toujours les sous-traiter comme si c’était souvent le cas.

Le président Kagame a pris la parole lundi au Next Einstein Forum 2018, un rassemblement mondial réunissant plus de 1500 scientifiques, hommes d’affaires et décideurs politiques.

Le Forum est organisé par l’Institut Africain des Sciences Mathématiques (AIMS) en collaboration avec Robert Bosch Stiftung, une fondation allemande.

Kagame a déclaré que souvent, l’expertise technique de l’Afrique n’est pas considérée comme des gouvernements et des entités privées sous-traitent des fournisseurs de l’extérieur du continent.

“Trop souvent, il est juste supposé que l’expertise technique n’est pas disponible en Afrique. Les gouvernements sont aussi coupables que les grandes entreprises à cet égard. Nous continuons à revenir aux mêmes fournisseurs externes pour des solutions, sans faire tous les efforts pour obtenir les services ici. Cela n’a aucun sens “, a déclaré le président.

Kagame a appelé à l’utilisation de spécialistes africains pour leur donner une chance de grandir et de rivaliser professionnellement.

“Utilisons les ressources dont nous disposons pour donner à ces talentueux spécialistes africains la chance de grandir et de se mesurer professionnellement”, a-t-il déclaré.

Bien que cela puisse avoir un coût supplémentaire, le chef de l’Etat a déclaré que ce ne serait que pour le court terme.

“Il peut y avoir des coûts supplémentaires à court terme. Mais ce faisant, nous construirons non seulement nos institutions, mais nous augmenterons également notre capacité de collaboration internationale “, a-t-il ajouté.

Cela annulerait un scénario selon lequel, depuis trop longtemps, le continent a été laissé pour compte en ce qui concerne les avancées scientifiques, a-t-il déclaré.

Dans sa quête pour rattraper le reste du monde, il a déclaré que les femmes et les filles ne devraient pas être laissées pour compte.

«Alors que l’Afrique rattrape le reste du monde, nous ne pouvons pas nous permettre de laisser nos femmes et nos filles hors de l’équation. L’écart entre les sexes dans la science est un phénomène mondial, mais ce n’est pas une raison pour l’accepter comme inévitable. Quelles que soient les causes, nous devons nous consacrer à combler le fossé, parce que l’opportunité ne sera jamais égale sans un accès égal au savoir “, a-t-il dit.

Kagame sur l’Afrique rattrape le reste du monde

Il a appelé au développement d’écosystèmes dans le cadre desquels les progrès de la science vont au-delà de la transmission des connaissances à l’application du savoir-faire pour résoudre les problèmes africains et mondiaux.

“Il ne s’agit pas seulement de remplir les têtes d’informations et de bien performer aux examens. Le but est d’appliquer ces connaissances pour résoudre les problèmes auxquels notre continent et notre monde sont confrontés. Cela nécessite un écosystème d’innovation dans lequel le gouvernement, les entreprises et les établissements d’enseignement se renforcent mutuellement », a-t-il déclaré.

Des progrès supplémentaires peuvent être réalisés en créant des liens et des partenariats entre les établissements d’enseignement supérieur, les entreprises et les communautés de recherche.

“La recherche scientifique repose fondamentalement sur la coopération transfrontalière. Son caractère global accélère le processus de découverte et multiplie les avantages. Nous ne visons pas à créer une science africaine autonome qui fonctionne isolément. Cela irait à l’encontre du but. Nous travaillons pour connecter pleinement l’Afrique aux réseaux mondiaux qui ont été si productifs “, a noté le président.

Le professeur Neil Turok, fondateur de l’Institut Africain des Sciences Mathématiques (AIMS) a déclaré qu’il était encourageant qu’à l’heure où la plupart des régions du monde se divisaient en rangs de nationalisme et de protectionnisme, les pays africains se réunissaient pour coopérer, faire des progrès dans la science entre autres domaines.

Eugene Mutimura, Ministre de l’éducation, a appelé à une coopération accrue entre les pays africains pour soutenir les scientifiques africains émergents.

“Nous devons forger des partenariats en tant que pays pour soutenir et encourager les prochains scientifiques africains car ce sont eux qui dirigeront la trajectoire scientifique ascendante de l’innovation africaine”, a-t-il déclaré.

 

Src: The New Times

 

Abonnez-vous à BWIZA TV pour recevoir des nouvelles et des mises à jour de chansons

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

To Top