JOURNAL

Finallement la police avoue que les pirates informatiques la dépasse en technologie

Dans la reunion de réflexion sur la prévention des crimes extra-territoriaux, le Departement d’Investigation au sein de la Police Nationale(CID),declare que la compétence des pirates informatiques dépasse celle de policiers detectives.

Ce 17 Janvier 2017, ACP Muligo Morris chef du CID incline les compétences de son département devant le Senat. L’assemblée présente reconnait aussi que les crimes technologiques augmentent et changent tout le temps, et les responsables sont indomptables.

Ces crimes sont frequents dans les banques, terrorisme, l’idéologie du génocide, etc. ACP Muligo avoue que l’investigation de ces crimes est difficile, surtout qu’ils se passent à distance, à des endroits difficile à atteindre pour se renseigner davantage. Ceci fait de la technologie un epée à double trenchant: dévéloppement d’une part, crimes sophistiqués de l’autres. “ Immaginez-vous comment attraper quelqu’un qui retire sur un compte d’autrui ici au Rwanda, mais à partir de l’Asie”, témoigne ACP Muligo, attestant la non-capacité de la police à ce sujet.

Pour le Président du Senat, Bernard Makuza, les detectives des crimes extra-terriroriaux doivent être renforcées: en matériel et en compétences pour mieux s’en sortir. Il reconnait que la vision du pays n’est possible qu’après avoir anéanti les pirates.

“ C’est pourquoi le Rwanda que nous voulons, l’aisance à la quelle nous projetons, n’est atteignable qu’ à l’absence des crimes du genre genocide, terrorisme, traffic humain, traffic des drogues, traffic des armés etc. Et d’autant plus que le monde actuel est coincé par les crimes téchnologiques dans l’économie, comme détournement d’argent, tirage des faux billets ainsi que la fraudes des secrets d’Etat”,  annonce Bernard Makuza, President du Senat.

Toujours reconnaissant l’ampleur de ce problème dans le monde, le Président du Senat est  d’accord avec la Police, que la téchnologie des pirates depassent celle des services de securite”.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Karegeya Jean Baptiste

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Journal

To Top