JOURNAL

Kigali: La rwando-britannique Violette Uwamahoro en liberté provisoire

Le 27 mars 2017, la Cour de Grande Instance de Gasabo a décidé de libérer provisoirement Violette Uwamahoro,  épouse rwando-britannique d’un opposant au régime de Kigali, Faustin Rukundo,  un cadre du Congrès National Rwandais (RNC) en exil.

Pour le juge du tribunal de Gasabo, le parquet n’a pas apporté suffisamment de preuves pour maintenir en détention Violette Uwamahoro. Les charges ne sont pas pour autant abandonnées et le parquet peut faire appel. Seulement cette dame ne peut pas quitter le sol rwandais avant la fin de son procès.

Violette Uwamahoro est accusée de révélation des secrets de l’Etat et de formation d’un groupe armée illégal. L’annonce de cette dame aujourd’hui enceinte, avait provoqué une levée de boucliers des organisations des droits de l’homme.

Violette Uwamahoro est accusée aux cotés de son cousin policier rwandais, Jean Pierre Nshumbusho.  On lui reproche d’avoir tenté de lui soutirer des informations relatives à la sécurité de l’Etat et de lui avoir demandé d’aller en Ouganda pour créer un groupe armée pour attaquer le Rwanda. Uwamahoro rejette toutes ces accusations.

Cette dame résidente au Royaume-Uni avec son époux, cadre du parti de l’opposition en exil RNC, s’était rendu à Kigali pour les obsèques de son père, le 3 mars 2017 la police rwandaise  annonce son arrestation.

Cette libération provisoire de Violette Uwamahoro, vient après que ses enfants, à savoir Samuel, 8 ans et David, 10 ans aient composées une lettre à la fois au Président rwandais Paul Kagame et le Premier Ministre britannique, Theresa May, à faire libérer leur mère.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter 

Abdou Nyampeta

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Journal

To Top