Gouvernance

Kigali : Le deuxième Musoni sort du cabinet rwandais

James  Musoni, ministre rwandais depuis 2005 est limogé en tant que ministre des infrastructures. Igihe.com, un site web progouvernemental avait récemment sorti un article sur lui, il était accusé d’avoir arraché la femme d’un ancien officier de l’armée rwandaise.

Lors d’un remaniement ministériel annoncé par le Premier ministre Dr Edouard Ngirente, Musoni a été remplacé par l’ancien ministre des Finances Claver Gatete. Dr Uzziel Ndagijimana a été promu ministre à part entière pour prendre en charge le dossier des finances.

Le dossier Musoni est ouvert  en Mars 2018,  le capitaine en retraite Safari l’a accusé d’avoir capturé sa femme légalement mariée, Immaculate Kayitesi, et de l’avoir rendue enceinte. Alors que Safari a divorcé depuis Kayitesi, il est apparu que Musoni aurait été responsable de la rupture.

Musoni n’a pas répondu publiquement aux plaintes de Safari,  mais les fonctionnaires ont observé alors que ses jours dans le coffret ont été numérotés. Selon Chimpreports, une réunion spéciale des hauts cadres du parti au pouvoir de Kigali  a eu lieu à la suite cette affaire, où les membres ont été mis en garde contre l’inconduite.

L’homme fort du parti état

James Musoni, comme son homonyme Protais, [qui l’a précédé en chômage  il y a cinq ans],  était parmi les idéologistes du parti FPR, à un certain moment considéré comme un  homme fort, qui peut et fait tout.

Riche politicien et proche allié du président Kagame, Musoni a occupé des postes clés, notamment ceux de Commissaire général de l’Office Rwandais des recettes,  ministre des Finances et du gouvernement local.

Selon Igihe.com, qui a d’abord publié l’article sur l’affaire Musoni-Kayitesi,  Musoni aurait dilapidee la somme de 40 millions de francs rwandais que Safari avait envoyé à Kayitesi pour payer la Banque. En plus, Musoni avait créé des opportunités d’embauche à Kayitesi et quelques membres de sa famille, tout à l’insu du capitaine Safari.

Les observateurs de la politique rwandaise pensent  à une éventuelle rupture de relations entre le président Kagame et son ministre Musoni ces derniers temps.

“Je ne vois pas comment Musoni survivra à cette tempête”, a déclaré un haut responsable du FPR à ChimpReports sous couvert d’anonymat.

Un autre fonctionnaire a déclaré que l’adultère restait une “infraction criminelle grave” dont Musoni, en tant que chef, doit être inquiété.

Par ailleurs, d’autres remettent en doute le témoignage du retraité Safari, qui n’a attendu que le divorce pour dévoiler les secrets de Musoni avec Kayitesi,  son ancienne épouse, mais légalement qui ne lui appartient plus. Ainsi, ils (les observateurs) se donnent droit de statuer sur un coup monté pour se débarrasser de Musoni, qu’ils attribuaient ‘l’arrogance notoire’.

À l’heure actuelle, le code pénal prévoit que si quelqu’un commet un adultère, l’infraction, si elle est prouvée, peut être poursuivie, et la peine est de six mois à un an d’emprisonnement en fonction de ce que le juge décide.

Cependant, le même code prévoit que « seule le mari ou l’épouse ont droit de plaider contre cet adultère », or Safari n’est plus mari de Kayitesi. A noter aussi que la presse ne fait pas justice au détriment des tribunaux.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

 

 

 

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

To Top