Connect with us

POLITIQUE

Lettre ouverte au président Macron par Dr Rudasingwa

Published

on

Dr Theogène Rudasingwa appelle les Français à résister à la criminalisation de la France par le Rwanda, son pays.

Dr. Theogene Rudasingwa, Major,  est un ancien directeur de cabinet du président rwandais Paul Kagame (2000-2004), ancien secrétaire général du parti au pouvoir rwandais, le Front patriotique rwandais (FPR) et ancien ambassadeur aux États-Unis de 1996 à 1999.

Il est en exil aux Etats-Unis depuis 2004 après s’être brouillé avec le président Kagame, ou pour des fautes professionnelles selon Kigali. Il est co-fondateur de RNC (Rwanda National Congress), avec son frère Gérard Gahima, ancien procureur général du Rwanda, et le Lieutenant-général Kayumba Nyamwasa Faustin, qui fut chef d’état major, chef du renseignement et ambassadeur en Inde.

Dans la lettre, « Un appel aux Français à résister à la criminalisation de la France par le Rwanda », Dr Rudasingwa revient sur quelques points, qu’il articule dans les phrases suivantes :

-Le gouvernement rwandais diabolise la France autant qu’il déshumanise les rwandais

-Je connais Kagame dans sa vie publique et privée, j’en cours toujours des risques, et pour avoir oser dire la vérité au pouvoir, et surtout savoir le cout méritoire de critiquer Kagame

-Je me rappelle,  avec honte, avoir repris les mots de Kagame devant Alain Juppe, « Tous les Tutsis qui devraient  mourir ont été tués, qui venez-vous sauver ? »

-Sauver les Tutsis n’a jamais été la mission du FPR, plutôt la prise du pouvoir

-Par contre, l’Opération turquoise a pu sauver quelques rwandais

-A ma connaissance, ce qui effraie  et menace Kagame, ce sont  les investigations françaises sur l’avion Habyarimana

-Bien que les acteurs changent, la violation de liberté, les menaces à la démocratie et à l’état de droit ; sont vieilles des siècles

-Seul le ban absolu de l’espace politique et civil, assassinat et emprisonnement des opposants politiques, les inégalités socio-économiques et la corruption, maintiennent Kagame, sa famille et son proche entourage au pouvoir.

-Il est faux d’attribuer aux étrangers, la tragédie des rwandais par les rwandais.

-Seuls les rwandais peuvent mettre fin au cercle vicieux des violences, en reconnaissant les souffrances que cela a infligées, pour embrasser ensemble le processus curatif à travers les générations

-J’exhorte le peuple français à rester vigilant contre la manipulation rwandaise de l’opinion publique internationale

-Je demande aussi l’appui français, pour la mobilisation régionale et internationale, visant à aider les rwandais dans la lutte engagée pour arriver à la réconciliation, respect des libertés fondamentales, la démocratie, l’état de droit, la prospérité durable et partagée, ainsi que la paix.

Dr Theogène Rudasingwa avance 4 raisons

Il continue sa lettre,
Permettez-moi, Votre Excellence, de mentionner quatre raisons.

1.Qui a fait chuter l’avion ? Question non encore résolue

Tout d’abord, il y a la question non résolue de savoir le responsable de la destruction de l’avion dans lequel les présidents du Rwanda (Juvénal Habyarimana) et du Burundi (Cyprien Ntaryamira) et tous leurs proches, y compris des citoyens français, ont péri.

Comme l’assassinat du prince autrichien  François Ferdinand d’Autriche en juin 1914 fut le déclenchement de la Première Guerre mondiale, cet événement tragique a été le coup de feu qui a déclenché le génocide qui a suivi et qui a coûté la vie aux Tutsis et aux Hutus.

A ma connaissance, rien n’ébranle et n’effraie le président Kagame que l’enquête française sur ce sujet. L’enquête est une menace existentielle pour lui.

  1. Justice contre les auteurs d’un génocide, impunité aux autres

Selon Dr Rudasingwa, la communauté internationale a fait beaucoup de travail pour traduire en justice les auteurs du génocide contre les Tutsis, mais  le régime du président Kagame n’a pas été mis au défi de rendre compte de ces crimes odieux.

Et cela,  contre toutes les preuves présentées par divers rapports des Nations Unies, y compris Mapping report en RDC (1993-2003) qui a déclaré le Rwanda responsable des crimes de guerre, des crimes contre l’humanité et des génocides contre les Hutu et les Congolais.

Les puissances occidentales, notamment les États-Unis et le Royaume-Uni, hors de la culpabilité et des intérêts géostratégiques, ont protégé le régime du président Kagame de toute responsabilité.

La culture d’impunité qui en a résulté s’étend bien au-delà des frontières du Rwanda, avec une implication profonde dans les décennies à venir.

3.Violation et inégalités qui datent de longtemps

La crise politique prolongée au Rwanda qui a commencé en 1959, mais accentuée par la guerre civile, les réfugiés, le génocide, la destruction massive de la vie et de la propriété, et la déstabilisation régionale n’a jamais pris fin. Les acteurs ont changé, mais l’absence de liberté, de démocratie et de primauté du droit au Rwanda est vieille de plusieurs siècles.

Le président Kagame vient de se proclamer président à vie lors d’un faux référendum et d’un processus électoral truqué.

La fermeture absolue de l’espace politique et civil, assassinat et emprisonnement d’opposants politiques, inégalités socio-économiques massives et corruption favorise le président Kagame, sa famille et ceux de son entourage immédiat à s’éterniser au pouvoir.

  1. Destabilisation de la région

Quatrièmement, et enfin, Dr Rudasingwa conclut que le régime du président Kagame est devenu l’influence déstabilisatrice par défaut dans la région des Grands Lacs d’Afrique orientale et centrale.

Agissant seul ou au nom de certaines puissances occidentales, le Rwanda a sponsorisé des guerres d’agression et des guerres par procuration contre la République démocratique du Congo, tout en continuant à déstabiliser le Burundi et l’Ouganda.

En résumé, Votre Excellence, tant que le régime du Président Kagame aliène ses propres citoyens, contrarie les voisins du Rwanda, ne rend pas compte de sa culpabilité pour les crimes qu’il a commis au Rwanda et en République Démocratique du Congo, et pour avoir abattu l’avion qui a provoqué des pertes de vie massives, il cherchera toujours un bouc émissaire en France pour détourner l’attention des causes réelles de la crise politique prolongée au Rwanda.

Dans mes humbles conseils, je voudrais exhorter, Votre Excellence, le Gouvernement français et le peuple français à rejeter les tentatives fausses et méprisantes répétées du Président Kagame, de faire de la France un complice du génocide rwandais. Le génocide contre les Tutsis et les Hutus a été commis par des Rwandais contre des Rwandais.

Les puissances étrangères – la Belgique, la France, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Ouganda – ont, à différents moments au cours des 100 dernières années, soutenu l’un ou l’autre camp dans la politique controversée et violente du Rwanda. Dans cette mesure, on pourrait soutenir que ces acteurs étrangers sont effectivement des facteurs secondaires dans les tragédies cycliques du Rwanda.

Cependant, il est absolument faux d’accuser ces acteurs étrangers du mal commis par les Rwandais contre les Rwandais. Seuls les Rwandais peuvent mettre fin à la violence cyclique en reconnaissant la souffrance mutuellement infligée, et s’absoudre mutuellement dans un processus de guérison générationnel.

Après avoir publié le soi-disant rapport Mucyo (2008) du Rwanda et le rapport Muse (2017) du cabinet d’avocats américain Cunningham Levy Muse, qui ont tous deux révélé les mensonges officiels du Rwanda selon lesquels la France était complice du génocide rwandais, le régime procédera maintenant à la publication d’actes d’accusation contre les Français.

Je vous supplie, Excellence, le Gouvernement français et le peuple français à rester vigilants face à la manipulation de l’opinion publique internationale par le Rwanda.

Je voudrais également aussi vous demander un soutient de  la France dans la mobilisation régionale et internationale pour soutenir tous les Rwandais dans leur lutte pour la guérison, la réconciliation, le respect des libertés fondamentales, la démocratie, l’Etat de droit, une prospérité partagée et durable ainsi que la paix.

Je souhaite à Votre Excellence, à votre famille, au gouvernement français et aux Français,  une bonne et heureuse année 2018.

Fait à Washington DC, USA, le 26 Décembre 2017

Dr Theogène Rudasingwa, Ancien Ambassadeur du Rwanda aux Etats Unis d’Amérique

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

 

 

 

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © 2018 - Bwiza.com - All Rights Reserved