Connect with us

POLITIQUE

Ouganda: La CMI détient un haut cadre du FPR pour espionnage

Published

on

Les services de renseignements militaires ougandais détiennent depuis samedi le 9 decembre, Fidele Gatsinzi,   membre haut placé du Front patriotique rwandais (FPR)  présumé d’espionnage et d’activités contre la sécurité nationale de l’Ouganda.

Selon ChimpReports, Gatsinzi a été enlevé dans un Super marche à Ntinda, Kampala. Les sources fiables à ce site confient que  les services de sécurité enquêtent sur lui pour avoir espionné l’Ouganda depuis 1999.

“Sa mission principale ici était de collecter des renseignements de l’Ouganda parallèlement à ce que faisait le haut commissariat  rwandais”, a déclaré une source qui a préféré garder l’anonymat pour pouvoir s’exprimer librement.

La sécurité enquête également sur des allégations selon lesquelles Gatsinzi naviguait l’Ouganda,  mobilisant les Banyarwanda ougandais pour rejoindre des groupes opposés au président Museveni, comme celui du Dr Kizza Besigye.

Dans l’histoire, Gatsinzi était le président du FPR dans le district de Mbarara au début des années 1990, quand on voulait envahir le Rwanda. A cette époque la, Mbarara était une base principale pour le FPR. Même les véhicules du FPR qui tombaient en panne pendant les opérations se  réparaient  à Mbarara.

Cette ville a également servi de base arrière médicale pour le traitement des soldats blessés ainsi que  de fournitures médicales pour les combattants sur le champ de bataille au Rwanda.

Donc, vu le rôle que jouait Mbarara, Gatsinzi était homme très fort dans le travail de mobilisation clandestine du FPR.

ChimpReports comprend que Gatsinzi était sur le radar de la sécurité de l’Ouganda pendant plusieurs années avant son arrestation la semaine dernière.

Les deux pays frères doivent régler les différends  à l’amiable

Les observateurs affirment que les deux pays frères devraient renforcer leurs efforts diplomatiques pour régler les différends  à l’amiable.

CMI a récemment arrêté des policiers ougandais et des agents rwandais qui ont depuis été inculpés au tribunal militaire de Makindye pour enlèvement et rapatriement illégal de l’ancien garde du corps du président Kagame, le lieutenant Joel Mutabazi.

Les opérations en Ouganda, selon des sources bien informées, visent à «briser le réseau de sécurité du Rwanda ici qui atteint toutes les sphères de notre vie».

Gatsinzi serait un proche du du Gen Maj Dr Richard Rutatina, l’ancien chef du renseignement militaire rwandais(en retraite pour le moment), ce dont le site réserve une vérification de manière indépendante.

Les officiels ougandais affirment qu’ils soupçonnent Gatsinzi d’avoir induit le Rwanda en erreur de penser que l’Ouganda mobilisait les  forces pour attaquer le Rwanda dans les années 2000.

Gatsinzi est également accusé d’avoir recruté des Banyarwanda en Ouganda pour servir dans des groupes rebelles contre la RDC et le Burundi.

Les responsables de la sécurité ont en outre révélé que Gatsinzi avait fait l’objet d’une enquête dans plusieurs meurtres de réfugiés / dissidents rwandais présumés, à Mpororo et Kiboga, Mubende, Kyaka2, Nakivale, Mbarara et Kampala.

Il est également entendu que Gatsinzi recrute des jeunes des universités ougandaises pour rejoindre les écoles des jeunes officiers rwandais pour la police et l’armée.

“Il est soupçonné d’avoir identifié des réfugiés en Ouganda et de les avoir recrutés dans les services de renseignements extérieurs rwandais et c’est lui qui a recruté René Rutagungira”, a indiqué une source.

Avant son arrestation, Gatsinzi suivait les groupes de réfugiés qui tentaient d’accéder au Parlement pour la présentation de leur pétition.

Gatsinzi est accusé de travailler en coulisses pour faciliter une campagne de dénigrement contre le président Museveni en alléguant que l’Ouganda forme les rebelles rwandais à «justifier leurs raisons de financer les activités de désobéissance civile de la FDC et d’autres groupes de pression et rébellions armées».

D’autres sources pensent  que Gatsinzi coordonne les activités commerciales du FPR en Ouganda et alloue les fonds collectés pour soutenir les groupes d’opposition en Ouganda et les activités d’espionnage rwandaises.

La position du Rwanda

De nombreux responsables rwandais, autorisés à parler aux médias, ont déclaré que Gatsinzi est attaché à un secrétariat qui gère le programme “Venez voire, allez raconter ” que l’Ouganda aurait pu mal interpréter comme travail d’espionnage. Ainsi, ils plaident de son innocence.

Selon le gouvernement rwandais, le programme «Venez voire, allez raconter » vise à partager la véritable situation du Rwanda avec les réfugiés, afin qu’ils prennent des décisions de retour une fois informés

Par exemple, les jeunes rwandais vivant dans la diaspora et les communautés de réfugiés du monde entier ont participé à ce  programme, à cette même date de l’année passée (17 et 18 décembre 2016). Les soixante-trois jeunes Rwandais sont venus du Kenya, de l’Ouganda, de la Tanzanie, de la Zambie, du Mozambique, de Cameron, du Maroc et du Swaziland ; pour y participer.

Certains des jeunes qui venaient de participer au programme “Venez voir, ellez raconter”, fin 2016

Avant de visiter divers sites du pays, les jeunes ont participé au «Forum de la jeunesse Urunana rw’Urungano», qui a réuni 754 jeunes du Centre de formation militaire de Gabiro(Est du pays) et ont participé au Dialogue national – Umushyikirano(comme celui qui se tient au Convention Centre aujourd’hui). Ils ont en outre visité la ville de Kigali et le district de Rubavu(Ouest).

“Comme  Gatsinzi est impliqué dans ce travail, certaines personnes pourraient mal le comprendre”, a déclaré un responsable rwandais, ajoutant: “Nous espérons que l’Ouganda ne se trompe pas”.

Le premier conseiller d’Ambassade du  Rwanda en Ouganda, Noel Mucyo, a déclaré sur ce site d’investigation que Gatsinzi était entre les mains des services de renseignements militaires mais ne pouvait pas commenter les allégations, car elles n’étaient pas officiellement communiquées.

“Nous allons répondre quand les autorités nous écriront officiellement”, a déclaré Mucyo, ajoutant: “Ce que nous savons, c’est que Gatsinzi est innocent.”

Mucyo nous(ChimpReports) a dit que le haut-commissariat a depuis écrit au ministère des Affaires étrangères a ce sujet, toujours affirmant  que Gatsinzi était «venu rendre visite à son fils qui étudie à l’Université chrétienne de l’Ouganda à Mukono. C’est la raison pour laquelle il est venu ici. ” Il a exprimé l’espoir que la question serait résolue à l’amiable.

Le porte-parole de l’armée ougandaise, le brigadier Richard Karemire, ne gardait pas ce sujet en mémoire , mais promet nous informer en temps opportun. “Aucune information à ce sujet”, a déclaré Karemire, ajoutant: “Je vais vérifier.”

Ce développement s’inscrit dans le contexte des liens et relations affaiblis et détériorés entre l’Ouganda et le Rwanda au sujet du harcèlement des réfugiés rwandais, de l’espionnage et du non-respect des engagements dans la mise en œuvre des projets d’infrastructure conjoints.

Les autorités rwandaises ont rejeté ces accusations comme “sans fondement” et “totalement fausses”.

Malgré ces contre-accusations et arrestations, les diplomates ougandais estiment que les relations bilatérales restent fortes.

L’ambassadeur Patrick Mugoya a réaffirmé dans une récente déclaration: “Les liens bilatéraux entre l’Ouganda et le Rwanda restent solides et le Rwanda reste un partenaire stratégique de l’Ouganda dans nos visions d’intégration et de paix et de sécurité dans la région”.

“Il devrait être clairement souligné qu’il existe des voies, des procédures et des mécanismes convenus à travers lesquels tout mécontentement ou malentendu entre nos deux pays peut être soulevé et traité.”

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Jean Baptiste Karegeya

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © 2018 - Bwiza.com - All Rights Reserved