Gouvernance

Plus de malnutrition au sud en août 2018! CNF/MIGEPROF

La malnutrition ravage le sud du Rwanda, les cadres du Conseil National des Femmes en province du Sud affirment que 4000 enfants sont sujets à cette menace. Ils promettent d’en venir au bout, avant les élections législatives prévues en août 2018.

Marie Claire Uwumuremyi, coordinatrice du CNF au sud se déclare résolue à surmonter ce problème. “Ce n’est pas une affaire grave, comme elle ne nécessite pas le budget, le nettoyage de la maison ne nécessite pas d’argent, nous pouvons le faire tout seul. Pour qui nécessitent beaucoup d’argent, nous pouvons rechercher l’aide des dirigeants”. “Partager des idées avec des personnes confrontées à ces problèmes est l’une des solutions pour un changement de comportement”, a-t-elle ajouté.

Le problème de malnutrition est fortement influencé par une mauvaise alimentation, la saleté et les problèmes familiaux, entre autres.

Les cadres reconnaissent n’avoir  pas agi correctement pour trouver la solution a  ce problème, d’autant plus qu’ils ont toujours des gens avec des chiques, des gens qui dorment avec leurs animaux domestiques,  et avec des conflits intrafamiliaux.

Selon Umuseke.rw, le CNF et le MIGEPROF promettent d’éradiquer la malnutrition et le manque d’hygiene en province du sud, avant les élections parlementaires prévues en août 2018.

Le gouvernement rwandais n’a managé aucun effort pour la question malnutrition des enfants soit réglée sur le territoire rwandais. Le programme de Girinka(une vache par famille indigente), une tasse de lait par enfant élève, les farines nutritives Shisha Kibondo et Ongera, un litre de lait par jour pour un enfant malnourri ; mais tous ces efforts aboutissent a une moyenne de 38% d’enfants malnourris au Rwanda.

Cependant, ces programmes sont gérés au gré des autorités et fonctionnaires  en cette province : les vaches de Girinka sont vendues ou données aux familles aisées comme c’est le cas actuel à Nyamagabe, les cartons de lait ont fait objet d’arrestations des agents de sante à Muhanga, les sacs de lait et de farine ont fait raison d’arrestation et de révocation par suite des autorités scolaires à Nyamagabe, etc.

Par ailleurs, les promesses font souvent des dettes, souvent non réglées. En 2016, ce même ministère avait donné deux semaines pour faire balayer les rues de Kigali des enfants ; mais voilà trois ans que le nombre d’enfants de la rue s’est visiblement multiplié !

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

To Top