Connect with us

ECONOMIE

Rubavu: Les gens d’affaires ne fréquentent pas des marchés modernes, ils craignent les taxes

Published

on

Avec beaucoup d’argent dépensé a la construction des marches modernes, dans certains secteurs de Rubavu, les gens ne les fréquentent pas. Ils préfèrent les environs, pour échapper au paiement des taxes.

Les marchés construits qui ne sont pas actifs incluent Rubavu, Rugerero et Kanzenze. Le faible taux de réalisation des entreprises sur les marchés respectifs crée des confusions dans la communauté, en particulier à Rubavu.

Jean Paul Nkundabakiga est le président des commerçants au marché moderne de  Rubavu. Il dit que cela a coûté plus de 350 millions de francs rwandais pour construire le complexe dont 288 stands et 38 magasins. Mais helas, sur les 38 portes, seulement fonctionnent, tandis que sur le marché, seulement cinq stands sont actifs. Nkundabakiga se demande pourquoi le district ne prend pas ses mesures pour mobiliser les gens d’occuper les marchés. ‘’L’enquête menée récemment montre qu’au moins 260 commercants exercent  leurs affaires en dehors du marché ».

abacururiza-munkengero-zisoko

La femme d’affaires Olive Murorunkwere, qui fait ses affaires hors du marché, affirme que de lourdes taxes les font choisir de rester à l’extérieur. “Nous sommes censés payer des taxes d’une valeur de 3. 000 Frws chaque mois , alors que nos intérêts sont parfois inférieurs, nous avons choisi de rester en dehors, avec la course marathon des agents de  DASSO.”

D’autre part, ceux qui font leurs affaires sur le marché en payant des taxes, décrivent également le manque de clients et réclament que les autorités locales arrêtent certains petits marchés du soir qui opèrent dans différents villages. Ils ne paient des taxes,  mais attirent des clients censés d’arriver au marché.

Janvier Murenzi, le vice-maire du district chargé des finances et du développement économique, déclare que le district va faire de son mieux pour trouver la solution. “Nous allons mobiliser les gens et les encourager à faire leurs entreprises dans les marchés modernes en interdisant d’abord aux petits marchés d’opérer dans les villages… “, déclare-t-il.

Certains marchés modernes sont construits depuis 10 ans, mais jusque-là  ne fonctionnent pas. C’est qu’ils ont été construits sans consulter les gens sur l’endroit où ils se sentent à l’aise, selon certaines sources, la responsabilité retombe aux autorités de base d’avant 2010.
D’autres marchés non performants incluent Mukamira à Nyabihu, Kirengeri à Ruhango, Musha à Rwamagana, Ndatemwa à Gatsibo, et… Par rapport aux impôts, les gens affirment aussi qu’ils ont du mal à se rendre sur ces marchés parce qu’ils sont construits à des longues distances, ou sont construits à côté de des anciens marchés, ou les gens sont habitues.

Dans le district de Gatsibo, l’administration affirme ne pas pouvoir réduire le montant de la taxe, établie par la loi ou par le conseil de district. Pour le cas arche de Ndatemwa, les vaches broutent.

cow

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Abdou Nyampeta

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyright © 2018 - Bwiza.com - All Rights Reserved