POLITIQUE

Uganda : Deux députés arrêtés pour incitation à la violence

La police a arrêté ce samedi après-midi deux députés de Maracha sur des allégations d’incitation à la violence. Ils sont Lee Oguzu et James Acidri de Maracha Est, le motif d’arrestation d’avoir confisqué les motos de certains jeunes libérés de la police, Daily Monitor.

Selon le commandant de la police régionale de Western Nile, Jonathan Musinguzi, les deux députés auraient mobilisé des jeunes pour tabasser le ministre d’Etat dans le bureau du vice-président.

“Les députés ont alimenté les motos de plus de 100 jeunes qui sont allés attaquer le ministre alors qu’il menait des consultations lundi. Donc, nous ne pouvons pas nous asseoir et assister le crime commis et garder silence. C’est pourquoi nous les retenons ici “, a-t-il dit.

Les jeunes qui ont tenté de bloquer la consultation du ministre lundi ont ensuite été dispersés par la police qui a tiré de vraies balles en air.

Les députés ont passé plus de trois heures d’interrogatoires, surtout que  la police accusait également  Acidri d’avoir diffusé une vidéo des pourparlers de paix avec les jeunes et lors d’une consultation où il (Acidri) a fait l’éloge de l’ancien pilote d’avion de chasse, le brigadier Wilson Toko.

Acidri a toutefois déclaré: “Brigadier  Wilson Toko était un champion de la paix et il a travaillé pour le peuple ougandais pour la paix dont nous jouissons maintenant. C’est l’histoire que personne ne peut jamais oublier, comment jouer sa vidéo devient un crime?

Le député Acidri, lors de la conférence commémorative de feu Brig Toko, était le président du Comité d’organisation, où la même vidéo a également été jouée lors de la conférence à Heritage Courts à Arua.

Les deux députés étaient accompagnés de leur avocat, M. Caleb Alaka, qui a déclaré que les deux hommes n’avaient commis aucune infraction et que la police ne voulait que réprimer leurs opinions divergentes parce qu’ils ne soutiennent pas le projet de loi ‘âge limite’ de l’article 102 de la constitution.

Lee Oguzu a déclaré: “Ceci est une allégation sauvage d’incitation des gens. Il est regrettable que les forces de sécurité soient utilisées pour défaire les décisions du peuple de Maracha qui a rejeté l’amendement. Nous ne nous inclinerons pas devant de telles intimidations parce que notre peuple s’est déjà prononcé. ”

Les députés ont été libérés après une réunion de sécurité dirigée par le RPC.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Jean Baptiste Karegeya

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Journal

To Top