ECONOMIE

Zimbabwe : Les fermiers blancs expulsés reprendront leurs terres

Environ 3 000 fermiers commerciaux principalement blancs ont été expulsés de leurs fermes sous le programme de réforme agraire de l’ancien président Robert Mugabe depuis 2000. La production agricole a chuté et l’économie du Zimbabwe a diminué de moitié, tandis que des millions de travailleurs agricoles se sont retrouvés sans abri.

Lors d’une interview cette semaine, le vice-ministre zimbabwéen des Finances, Terence Mukupe, voit des opportunités pour les agriculteurs de revenir et de participer à l’économie. Il a rencontré ces fermiers blancs qui ont déménagé ailleurs après avoir été expulsés lors des saisies de terres.

Le Zimbabwe devrait traiter les fermiers blancs exilés comme “n’importe quel autre Zimbabwéen” et leur offrir des opportunités de cultiver dans le pays, a déclaré M. Mukupe avant le congrès du parti Union nationale africaine-Front patriotique au Zimbabwe, Harare, vendredi. “Ils disent que le passé est passé et qu’ils veulent avoir des opportunités comme n’importe quel autre Zimbabwéen.”

“Il existe des domaines spécialisés comme la culture de bananes, de macadamias et d’autres produits horticoles auxquels ces types peuvent participer”, a déclaré M. Mukupe.

Mnangagwa a déjà ordonné ce mois-ci qu’un fermier zimbabwéen blanc expulsé de ses terres en juin soit autorisé à revenir, signalant un changement de politique foncière de la part de Mugabe.

Alors que l’agriculture s’est partiellement rétablie au Zimbabwe, cela a eu un coût. Le pays a récemment produit une récolte record de tabac, bien que la qualité de la récolte ait souffert. La production de maïs a également augmenté, mais seulement après que le gouvernement ait offert un prix supérieur d’environ 100 dollars la tonne métrique à celui des pays voisins.

Le premier fermier blanc a repris sa  possession

Le gouvernement zimbabwéen n’aura pas tardé à passer de la parole aux actes. Moins d’un mois après que le président Emmerson Mnangagwa a affirmé, dans son discours d’investiture, que les propriétaires terriens blancs expropriés dans le cadre de la réforme agraire menée par son prédécesseur, Robert Mugabe, seraient dédommagés, un premier bénéficiaire, Robert Smart, vient de retrouver la propriété de terres qui lui avaient été retirées au profit d’un religieux proche de l’ex-président.

« M. Smart, comme d’autres, a été victime de la discrimination raciale, de l’avidité et d’un abus de pouvoir. Leurs terres ont été confisquées de façon illégale », a expliqué à l’AFP un conseiller du président.

Symbolique ou précurseur, cette restitution concrétise une parole politique à laquelle nombre d’observateurs peinent à accorder du crédit. Car une hirondelle est loin de suffire à faire le printemps…des fermiers blancs zimbabwéens.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter 

Jean Baptiste Karegeya

 

 

 

 

Commentaire
Click to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Journal

To Top