kwamama 6

Afrique du Sud: Les appels à la démission du président Jacob Zuma se multiplient

Vendredi, le Comité des Eglises sud-africaines qui regroupe une quarantaine de mouvements religieux de différentes confessions a rencontré les dirigeants de l’ANC. C’est désormais au tour de responsables religieux de demander la démission du président Jacob Zuma. Les appels à la démission du chef de l’Etat se multiplient depuis la semaine dernière en Afrique du Sud, depuis que la Cour constitutionnelle a jugé qu’il avait enfreint la Constitution en refusant de rembourser l’argent public utilisé pour rénover sa résidence privée.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Une dizaine de leaders religieux, toutes confessions confondues, sont sortis de leur silence. Ils rejettent les excuses présentées par Jacob Zuma la semaine dernière pour avoir enfreint la Constitution. Et l’appellent à démissionner pour le bien du pays.

Pour le révérend Ziphozihle Siwa, évêque de l’Eglise méthodiste, il ne s’agit pas d’être opposé au gouvernement, mais de penser au bien de la nation. « La raison pour laquelle nous avons demandé à ce qu’il démissionne, c’est que nous sentons qu’il y a une perte de confiance de la part des Sud-Africains. Mais aussi nous pensons qu’en tant que leader politique de ce pays, il a perdu l’intégrité morale pour gouverner », justifie-t-il.

Pour ces leaders religieux, le choix de prendre position contre le chef de l’Etat a été difficile. « Habituellement, nous ne nous mêlons pas de politique, a indiqué Ray Mc Kauley, pasteur d’une des plus grosses Eglises du pays. Il y a un vrai sentiment que la direction qui est en train d’être prise par les leaders de ce pays n’est pas bonne pour la nation, explique-t-il. Les gens disent : pourquoi est-ce que vous vous mêlez de politique ? Mais pendant l’apartheid il ne s’agissait pas d’un problème politique, mais moral. Et aujourd’hui, je pense que c’est notre rôle d’aider le gouvernement, voire même le président. C’est le rôle de l’Eglise sans que ce soit politique. »

Une liste de contestataires qui s’allonge

Cet appel est une nouvelle claque pour le président Jacob Zuma. Ce comité représente la grande majorité des différentes Eglises du pays. Et s’ajoute à la liste, qui s’allonge de jour en jour, de ceux qui demandent au président de se retirer.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Un groupe d’intellectuels de tout le continent africain s’est joint à cet appel à la démission de Jacob Zuma. Dans une lettre ouverte, une douzaine de militants du Ghana, du Nigeria, du Kenya ou de l’Ouganda ont appelé le chef de l’Etat à respecter la Constitution et se retirer.

L’ANC fait bloc

Et pourtant son parti, le Congres National Africain (ANC) continue de le défendre bec et ongle. Seuls quelques anciens dirigeants, hauts cadres et vétérans de la lutte armes ont ose sortir de leur silence. Et pour cause, le président Jacob Zuma tient son parti d’une main de fer.

Zuma
Afrique du Sud: Les appels à la démission du président Jacob Zuma se multiplient

Aucune décision majeure ne peut être prise sans le vote du comité exécutif du parti. Un organe de décision composé d’environ 80 membres, tous ministres, ministres adjoint, gouverneurs de province. Ce sont eux qui peuvent demander au président de se retirer. C’est d’ailleurs sous la pression de ce comité que l’ex-président Thabo Mbeki avait démissionné en 2008.

Mais selon les analystes politiques, Jacob Zuma jouit du soutien d’au moins 60% de cet organe. En six ans, il y a placé tous ses fidèles. Des membres qui risquent de perdre leur poste au gouvernement, si le président est rappelé.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Peu de chance donc de voir la moindre contestation émaner de ce comité. Même si au sein du parti, la contestation gronde et le soutien au chef de l’Etat a fortement chuté.

click here to receive the updated news on facebook on twitter

Alphonse Munyankindi / Bwiza.com

kwamama4

Les commentaires sont fermés.