kwamama 6

Angleterre : Meurtre de la députée Jo Cox par plusieurs coups de couteau

La députée travailliste britannique Jo Cox a été assassin ce jeudi le 16 juin à Birstall (West Yorkshire, dans le nord de l’Angleterre).

 

Tommy Mair, un homme de 52 ans, l’aurait agressée à proximité d’une bibliothèque où elle assurait sa permanence électorale, lui tirant dessus à plusieurs reprises avant de lui porter plusieurs coups de couteau. L’homme, qui aurait des « antécédents de maladie mentale » selon son frère, a été arrêté par la police.

L’enquête devra notamment tenter d’établir les motifs de ce crime, qui pourraient être politiques. Ce meurtre intervient à sept jours du référendum du 23 juin sur la sortie ou non du Royaume uni de l’Union Européenne. La députée Jo Cox militait activement pour le camp de « in » opposé au « Bréxit ». Après sa mort, les deux camps ont suspendu leur campagne.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Le tireur présumé a-t-il vraiment crié « Britain first ! » ou « put Britain first ! » (« Le Royaume-Uni d’abord ! »). La question intéresse au plus haut degré les enquêteurs.

Le terme « Britain first » peut en effet faire référence à au mouvement politique britannique d’extrême droite du même nom.

 

En janvier 2016, la députée avait dit sur twitter être « très fière » de ses concitoyens qui avaient protesté « contre le racisme et le fascisme » lors d’une manifestation de ce mouvement sur ses terres à Dewsbury et Batley. Britain First a démenti tout lien avec le tueur présumé jeudi 16 juin.

 

La police n’a pas confirmé que cette phrase avait été prononcée sur la scène du crime, mais plusieurs témoins ont dit à la presse avoir entendu ces mots selon la BBC

[xyz-ihs snippet=”google”]

Tommy Mair aurait été abonné à un journal pro apartheid, Patriot Magazine, selon la BBC. Le Southern poverty Law Center (SPLC), une organisation américaine qui surveille les mouvements d’extrême droite, affirme également que le tueur présumé serait un sympathisant d’un groupe néonazi américain, la National Alliance.

 

Le SPLC a diffusé sur son site deux factures au nom de « Thomas Mair », qui datent de 2003, pour l’achat de plusieurs publications de la National Alliance, qui incluent un manuel destiné à la confection d’armes artisanales.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Eric NININAHAZWE@bwiza.com

 

kwamama4

Les commentaires sont fermés.