Le journaliste Blaise Célestin Ndihokubwayo est détenu par les services nationaux de renseignements depuis cinq jours. Il a été arrêté par des militaires alors qu’il réalisait un reportage pour la radio locale Isanganiro. Le droit à l’information et aux journalistes de travailler est malmené dans le contexte de crise que traverse le pays.

« Notre journaliste Blaise Célestin Ndihokubwayo était en mission dans la province de Bujumbura pour faire des reportages, rappelle le directeur d’Isanganiro, Samson Maniradutunga. Vendredi, à midi, il a été arrêté dans la commune de Mugongomanga. Il a été transféré dans le bureau du Service national du renseignement (SNR) à Bujumbura. Et jusqu’à aujourd’hui, nous ne savons pas le motif de l’arrestation. »

journalistes

Samson Maniradutunga déplore les conditions extrêmement difficiles dans lesquelles travaillent les journalistes qui sont restés au Burundi. Pour lui, ce qui arrive à son journaliste « montre qu’il n’y a pas une bonne compréhension entre les médias et le gouvernement. Le fait de l’arrêter sans motif valable est vraiment un problème, un défi à tous les journalistes. Dans un climat pareil, les journalistes ne sont pas libres d’exercer leur métier, mais nous devons continuer. »

Les médias forment un enjeu pour les différentes parties au Burundi. Depuis le début de la crise, intimidations, arrestations, violences physiques voire meurtre se multiplient contre les journalistes.

 

cliquez ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

 

 

Assumpta Gema-Bwiza.com