kwamama 6

Burundi: deux camps militaires attaqués à Bujumbura, les assaillants repoussés

Au moins 12 assaillants ont été tués lors d’une attaque coordonnée vendredi à l’aube contre deux camps militaires de Bujumbura et un en province qui a été repoussée après plusieurs heures d’affrontements, les plus intenses au Burundi depuis la tentative de coup militaire déjouée en mai.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné les attaques et a appelé au calme et au dialogue politique. Les 15 pays membres ont “exhorté tous les protagonistes à s’abstenir de toute violence”, a déclaré l’ambassadrice américaine Samantha Power à l’issue de consultations à huis clos.

Dans un communiqué, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon avait auparavant condamné ces actes “susceptibles de déstabiliser davantage la situation au Burundi”. Il avait “exhorté les leaders de ces groupes ainsi que les autorités nationales à s’abstenir de toute escalade de violence ou de représailles”.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Dans l’après-midi, le porte-parole de l’armée burundaise, le colonel Gaspard Baratuza a fait état d’un “bilan provisoire” de “12 tués (et) 21 capturés” chez les assaillants et “cinq blessés” dans les rangs de l’armée. Mais un haut gradé de l’armée a affirmé à l’AFP que les combats avaient occasionné “des pertes des deux côtés”.

Des assaillants ont simultanément attaqué vers 02H00 GMT le camp Ngagara, à moins d’un kilomètre de l’Assemblée nationale dans le nord de Bujumbura, et l’Iscam (Institut supérieur des cadres militaires), situé dans le quartier de Musaga au sud, dans un périmètre regroupant aussi le “camp Base” et le camp Muha.

Parallèlement le camp de la 120e Brigade à Mujejuru, à une quarantaine de kilomètres à l’est de la capitale, a également été attaqué, selon le colonel Baratuza. Les assaillants avaient “l’intention de pénétrer dans les camps pour se procurer des armes et des munitions”, a-t-il indiqué.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Les assaillants “lourdement armés” ont été repoussés après plus de deux heures de combats, a expliqué le haut gradé. De nombreux riverains des camps ont fait état de combats violents, marqués par des explosions et des tirs nourris d’armes automatiques.

Des échanges de tirs sporadiques ont été signalés en milieu d’après-midi dans divers quartiers de Bujumbura, quadrillé par l’armée et où des opérations de “ratissage” ont eu lieu.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Les ponts séparant la capitale en trois grandes zones sont “contrôlés par l’armée, qui y a disposé des blindés, et aucun mouvement d’un quartier à un autre n’est autorisé”, a expliqué le haut-gradé de l’armée. Selon des témoins, la police a procédé depuis vendredi matin à de nombreuses arrestations dans les quartiers contestataires de Bujumbura.

cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

@bwiza.com

 

kwamama4

Les commentaires sont fermés.