kwamama 6

Burundi: L’opposition demande la démission du facilitateur Mkapa

0

L’opposition burundaise demande la démission du facilitateur dans les conflits burundais, William Benjamin Mkapa, ex-président tanzanien pour avoir jugé légitime le troisième mandat du Président burundais Pierre Nkurunziza.

Selon les informations qui nous parviennent, dissent que le CNARED, la plateforme qui réunit les opposants au troisième mandat indique dans ce communiqué que “La déclaration du Facilitateur a le mérite d’être claire et limpide quant au sort du processus des pourparlers d’Arusha : il vient de mettre fin à ce processus, ce qui constitue une démission et un aveu d’échec”.

[ad id=”3484”]

Selon toujours le communiqué rendu official, le CNARED demande aux Nations Unies de prendre la relève du processus des pourparlers inter-burundais. Il invite par ailleurs “toutes les forces vives de la nation burundaise opposées au troisième mandat illégal, illégitime et criminel de Monsieur Pierre Nkurunziza à resserrer les rangs”.

“En reconnaissant le troisième manda du Président Pierre Nkurunziza, l’ancien president tanzanien avait tenu ces propos”;Ceux qui veulent que je remette en cause la légitimité de Pierre Nkurunziza sont fous, ce n’est pas à moi de le faire. Le processus électoral a été légitimé et l’issue de ce processus aussi", estime-t- il, avant d’ajouter : “Les ambassadeurs viennent ici et présentent leurs accréditations au président Nkurunziza, et pourquoi évoquer encore et toujours une question qui a été vidée, quelle est cette folie?”

[ad id=”3484″]

Encore de dire “Il est clair que les instigateurs du coup d’Etat et ceux qui ont trempé dans la violence n’ont pas de place à la table des négociations. Ils ne sont pas ma priorité. Je demande aux pays qui les hébergent de bien les contrôler pour qu’ils ne viennent pas déstabiliser notre dialogue en cours “.

Benjamin Mkapa dit n’avoir jamais rencontré les putschistes burundais. Et de dire “Je demanderai aux pays qui les hébergent de les extrader vers le Burundi ou de les mettre à la disposition d’autres pays qui sont capables de le faire”.

Le gouvernement burundais jusqu’ici ne s’est pas encore prononcé sur cette affaire délicate.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Abdou Nyampeta/Bwiza.com

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.