Etats-Unis: Un Rwandais lié au génocide de 1994 condamné pour fraude à l’immigration

0

Un juge fédéral américain à Boston a condamné lundi un Rwandais à plus de huit ans de prison pour avoir menti sur son implication dans le génocide de 1994 dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Jean Leonard Teganya, 47 ans, a été reconnu coupable en avril de deux chefs de fraude liée à l’immigration et de trois chefs de parjure, selon un communiqué du département de la Justice des États-Unis.

Teganya “a été reconnu coupable et condamné pour la forme la plus grave de fraude en matière d’immigration: mentir au sujet de son statut de criminel de guerre pour obtenir l’asile aux États-Unis”, a déclaré l’avocat américain, Andrew Lelling.

Sur la base des preuves présentées lors du procès, Teganya “a commis des crimes horribles pendant le génocide rwandais et a ensuite tenté de tromper son passé par les autorités américaines de l’immigration”, a déclaré Lelling.

Le génocide rwandais a commencé en avril 1994 et, pendant environ cent jours, environ 800 000 Tutsis de souche ont été assassinés.

À l’époque, Teganya était étudiant en médecine à l’Université nationale du Rwanda et membre du parti au pouvoir, le MRND, qui avait incité au génocide.

Lorsque le massacre a commencé, Teganya a “dirigé des équipes de soldats” et de jeunes progouvernementaux autour de l’hôpital “pour localiser des patients tutsis et des réfugiés en fuite.”

Une fois découverts, les Tutsis “ont été emmenés et tués derrière la maternité”, lit-on dans le communiqué américain.

Teganya a participé au meurtre de sept Tutsis et au viol de deux femmes tutsies, a indiqué le communiqué.

À la mi-juillet 1994, Teganya a fui le Rwanda et traversé l’Afrique pour se rendre en Inde, avant de se rendre au Canada où il a demandé l’asile en 1999.

Les autorités canadiennes ont déterminé à deux reprises que Teganya n’avait pas droit à l’asile parce qu’il avait été complice d’atrocités “, lit-on dans le communiqué.

Teganya a quitté le Canada en 2014 avant une ordonnance d’expulsion pour se rendre aux États-Unis, où il a demandé l’asile – sans mentionner son appartenance au MRND ni ses activités pendant le génocide.

Teganya sera expulsé une fois qu’il aura purgé sa peine de 97 mois d’emprisonnement, ont annoncé des responsables américains.

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.