Le contrat de travail de Madame Uwamahoro Tharcille Latifah prend fin avec ce mois de Janvier et ne sera pas renouvelé. Vincent De Gaulle Nzamwita vient de la prévenir dans une lettre, qui ne mentionne aucune raison comme incompétence, manque de moyens de la rémunérer ou suppression de poste.

Samedi 30 Décembre 2017, De Gaulle a retiré sa candidature à la présidence de la fédération, et ce,  à la dernière minute. Il avait passé la nuit avec les électeurs, contre la loi, faute de laquelle il serait suspendu pendant 3 ans au moins ; mais comme il s’est retiré de son gré, il a mérité rester dans son bureau, comme la candidate unique Félicitée Rwamarika n’a pas pu avoir la majorité de vote (50% + 1 voix).

Madame Latifah avait organisé les élections de samedi dernier, et devrait encore les organiser dans trois mois à venir, mais l’on vient de s’en débarrasser.

Les précédents redoutables entre De Gaulle et Latifah

Depuis son entrée en fonction en Septembre 2016, Madame Latifah n’a jamais cessé de  signaler le climat de mésentente et l’ingérence de son boss dans ses attributions.

1.Un congé annuel forcé, mais refusé

Dans une lettre lui adressée par De Gaulle le 15 Novembre 2017, Madame Latifah devrait prendre son congé annuel avant décembre 2017, mais celle-ci ne l’a pas acceptée.

Elle a répondu la lettre, disant qu’elle va jouir de son congé après l’activité électorale dont elle était responsable.

Ndlr : il y avait un agenda caché, l’absence de Latifah allait favoriser la manipulation de cette activité.

Selon le code du travail au Rwanda, loi N° 13/2009 du 27/05/2009 article 53, ….tout travailleur a droit au congé à charge de l’employeur, à raison d’un jour ouvrable et demi de congé par mois de service effectif continu. Les jours fériés officiels ne sont pas comptés dans le congé annuel payé. L’employé bénéficie d’un jour de plus de congé payé pour tous les trois (3) ans d’expérience passée dans la même entreprise. Dans tous les cas, le congé annuel payé ne peut pas excéder vingt et un (21) jours

Toutefois, en cas de rupture ou d’expiration du contrat de travail avant que le travailleur ait joui de son congé auquel il a droit, une indemnité compensatrice de congé calculée sur la base des droits acquis en vertu de l’article 53 de la présente loi, est accordée.

Article 54 : ….La période de congé ne peut être retardée ou anticipée par l’employeur, d’une période de plus de trois (3) mois à moins qu’il y ait accord entre le travailleur et l’employeur.

L’action en demande de congé se prescrit dans un délai de deux (2) ans à compter de la date à laquelle l’employé y a droit (donc un congé annuel expire après deux ans).

La demande de congé par le travailleur est adressée par écrit à l’employeur (pas l’inverse) et celui-ci répond également par écrit.

Par après, l’assemblée générale du 29 Novembre 2017 a mis en place une commission électorale, dont Madame Latifah fut secrétaire, conformément au code électoral de la FIFA. Ndlr : De gaulle voulait à tout prix que Latifah ne soit pas dans la commission.

Toutefois, Madame Latifah n’a jamais révélé aux médias si sa résistance reposait sur son amour du travail, les malentendus avec De Gaulle, ou s’il s’inquiétait des tricheries électorales en son absence.

  1. La SG exclue des réunions CAF et FIFA de Bahrain

Selon le site  ‘Ruhago yacu-notre ballon’, les statuts de la FIFA préconisent que les 3 délégués d’une association nationales à l’assemblée générale doivent comprendre les hauts dirigeants de celle-là, donc le/la secrétaire générale fait partie.

Ceci se confirme par le Règlement d’Ordre Intérieur de la FERWAFA, dans son article 57, alinéa dernier. « Pour les congrès de la FIFA et de la CAF, la FERWAFA sera représentée dans la mesure du possible par le Président, le Secrétaire Général et un autre membre du Comite Exécutif si nécessaire. En cas d’absence du Président, il sera remplacé par le 1er Vice-président et en cas d’empêchement du secrétaire Général par un autre membre du Comité Exécutif.

Hélas, Madame Latifah, SG FERWAFA n’était pas à Bahrain au 7 Mai 2017. Seuls le président De Gaulle, Patrick Kagabo et Me Emmanuel Ndagijimana(le juriste qui a signee une lettre blanche) ont participé à la réunion.

La mission en Afrique du sud, à la base du saga

Vincent De  Gaulle et Madame Latifah ont tous les deux été à la réunion de réforme législative de la FIFA, en Février 2017.

Les analystes à Ruhago yacu confient que le climat de tension aurait commencé là-bas. « Il y aurait eu de malentendus entre les deux ».

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

De retour, le président de la FERWAFA a exclu la SG de certaines  mesures engageant la fédération, que la loi y régisse ou pas.

Et cela fut l’objet de plainte de Madame Latifah, qui disait au comité qu’elle est coupée de son  droit à la caisse de la fédération.

Dans sa lettre, Madame Latifah exprimait ses inquiétudes, que les mouvements des comptes étaient gérés par les tiers, contre la loi.

Elle a aussi mentionné dans sa lettre, que le président De Gaulle ne l’invite pas aux réunions, comme celle de Rubavu et une autre retraite tenue à Bugesera, pour la maintenir à l’écart de ce qui se passe au football, alors qu’elle doit en rendre compte aux membres.

En dernier lieu, elle a évoqué AZAM(deuxième phase), dont le financement fut parvenu seulement aux équipes de la 2eme division, toujours à son insu.

De toutes les façons, la RERWAFA est une bonne leçon modèle pour la gouvernance des organisations civiles au Rwanda, en Afrique ou même au monde. Madame Latifah doit partir fin ce Janvier, sera-t-il la fin du chaos, ou encore son début ?

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Bwiza.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina