Vendredi dernier, Jonas Shema, Secrétaire exécutive du secteur Bumbogo, a promis en public, des paiements des arriérés de VUP. Les bénéficiaires sont frustrés par le personnage décevant des autorités ce mardi, Jonas Shema esquive.

TV One a signalé que les gens étaient vraiment frustrés, disant qu’ils n’étaient pas payés au cours des cinq dernières quinzaines. Des sept quinzaines prestes,  seulement deux ont été réglés. Ils se plaignent également des retenus sur leurs paiements, allant jusqu’à 7000 Frws contre 21000 Frws  à payer.

Ils travaillaient en 21 groupes de 40 travailleurs chacun. Ils ont aménagé la route vers le centre Musave, la route vers le bureau de la cellule, et celle de Kiriza, vers Kinyinya.

Au cours de leurs plaintes, Shema semblerait les insulter comme gens de la rue, indigènes, misérables ; qu’ils ne peuvent rien faire même s’ils recevaient beaucoup plus d’argent.

Cependant, à la télévision One, Jonas a nié avoir insulté les travailleurs et a expliqué le motif du non-paiement: de nombreux jours fériés et des problèmes liés à la technologie. Mais toujours promet le paiement des arriérés ce mardi 18 Avril.

Un jour arrive, ils sont tous au lieu de rendez-vous, bureau du Secteur Bumbogo. Mission, obtenir leur argent tel que Shema leur a promis. Un communique frustrant, « ceux de la cellule Musave ne vont rien recevoir, leurs documents de paie restent introuvables, et ceux de Nyagasozi seront payés une quinzaine seulement parmi cinq ». Ca réveille l’insatisfaction de tous les cotes.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

L’un  déclare, «Que puis-je faire avec une seule quinzaine, j’ai beaucoup de dettes à régler, les enfants doivent retourner à l’école »? L’arrivée des medias bourversent la situation : le staff du secteur ferment immédiatement les portent, les plaignants restent dans la cour, tandis que Jonas Shema prend sa voiture Jeep pour quitter le lieu.

Conséquences néfastes aux familles, la rentrée scolaire

Ce même mardi, le deuxième trimestre doit commencer. L’une des plaignants est accompagnée de sa fille qui fait la sixième année secondaire à Ndera. Elle ne peut pas retourner à l’école, elle n’a pas payé les frais scolaires du premier trimestre. Elle attend que sa mère soit payée, mais en vain. Elle risque de rater l’année, alors qu’elle est candidate aux examens nationaux, parce que sa mère rentre mains bredouilles.

La mère Jeannine est triste et dit, ‘’Cette fille à moi ne peut laisser ses petits frères et sœurs à la maison pour aller seule à l’école. La dernière fois, j’ai supplié les autorités de l’école de faire preuve de patience pour le retard de paiement. Hélas,  je n’obtiens pas d’argent, nous ne sommes pas payés. Les enfants ne sont pas rases des cheveux, ils n’ont pas de souliers, et autres “.

Le comble, Jonas Shema, secrétaire exécutif du secteur Bumbogo, ne raccroche même pas le téléphone pour rendre claire la situation, bien qu’il ait accepté le paiement ce mardi, dans l’interview télévisée.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Abdou Nyampeta

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina