Kagame et ses homologues appellent à un programme africain commun en matière de TIC

0

Les chefs d’État participant au Sommet Transform Africa ont déclaré que les pays africains avaient plus de chances de tirer parti de la révolution numérique en collaborant au lieu de travailler en tant qu’entités séparées.

Les présidents Paul Kagame, Uhuru Kenyatta du Kenya et Ibrahim Boubacar Keïta du Mali ont assisté au sommet, qui s’est ouvert hier à Kigali.

S’exprimant à l’ouverture du sommet de deux jours, le président Kagame a déclaré que la collaboration était un moyen sûr de naviguer dans la dynamique mondiale complexe liée à l’agenda numérique.

Il a déclaré qu’il serait sage de s’éloigner des tendances qui ont souvent divisé le continent.

“L’Afrique ne peut que protéger les intérêts de nos peuples et augmenter la taille de notre marché, par l’intégration et la coopération”, a-t-il déclaré.

En tant que front uni, M. Kagame a déclaré que la coopération pourrait être mieux mise en évidence sous des aspects tels que l’harmonisation des lois et des réglementations, ainsi que par des efforts communs pour exploiter les ressources en infrastructures.

«C’est particulièrement le cas pour l’harmonisation des lois et des réglementations et la nécessité de veiller à la bonne gestion de l’infrastructure TIC en Afrique», a-t-il déclaré.

L’émergence d’un agenda africain commun sur les TIC, a-t-il déclaré, ne devrait préoccuper personne car cela profiterait à la fois à l’Afrique et à ses partenaires dans le monde.

Le Président a ajouté qu’avec la mise en place de la zone de libre-échange continentale africaine, le continent devrait aligner étroitement ses programmes en matière d’industrialisation et de technologie afin de tirer le meilleur parti de ces deux tendances.

Kagame a également invité les jeunes et les autres parties prenantes à tirer le meilleur parti des possibilités offertes par les technologies numériques pour faire progresser leurs propres économies.

«En même temps, ne soyons pas des navires vides, n’utilisons Internet haut débit que pour consommer le contenu et les idées produits par d’autres. Nous sommes des innovateurs et des penseurs. Nous avons nos propres produits à vendre. Nous avons nos propres histoires à raconter », a-t-il déclaré.

De son côté, le Président Kenyatta a déclaré que la coopération devrait également être évidente pour préparer les Africains à tirer parti des dividendes de la connectivité Internet.

Parmi les moyens de le faire, a-t-il déclaré, a été de réviser les programmes d’enseignement afin que les compétences transmises aux jeunes soient adaptées aux besoins de l’économie numérique.

“Il est nécessaire de supprimer les obstacles pour que l’Afrique puisse tirer pleinement parti de notre avenir numérique”, a-t-il déclaré.

Le Président malien, Boubacar Keïta, a déclaré que l’innovation et l’économie numérique pouvaient, entre autres impacts, améliorer les conditions de vie des populations en facilitant les échanges transfrontaliers.

Le vice-président de la Banque mondiale pour les infrastructures, Makhtar Diop, a déclaré que l’unité devait également être reflétée en créant des possibilités d’apprendre les uns des autres, chaque pays dirigeant différentes initiatives.

Mukhisa Kituyi, secrétaire général de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), a appelé les gouvernements africains à fournir le même type de soutien que celui qu’ils accordent aux investisseurs étrangers, y compris les subventions, aux jeunes entreprises locales.

Pendant ce temps, plus tard dans la journée, le président Kagame a présidé la réunion du conseil d’administration de Smart Africa, où il a déclaré que son organisation avait grandi avec l’adhésion de l’Ethiopie et de la Sierra Leone, ce qui portait à 26 le nombre d’adhérents membres. .

La 5ème édition du Sommet Transform Africa se termine aujourd’hui et a réuni environ 4000 délégués.

La réunion de deux jours a été précédée par le deuxième forum économique du sommet annuel.

 

 

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.