kwamama 6

Kamonyi : Polémique autour de  la crise alimentaire basée sur le  manque de manioc

0

La population de Musambira à Kamonyi du sud souffre d’une crise alimentaire, suite au manque des semences de  manioc, mais les autorités du district répliquent, « On ne vit pas seulement de l’agriculture ».

Les habitants du District de Kamonyi, dans le Secteur de Musambira affirment que la période de la famine qu’ils vivent est lié au manqué de la culture de manioc. Ce qui est pour eux un problème crucial parce qu’ils ne peuvent pas trouver d’autres vivres pour la remplacer. Ceci engendre une famine prolongée dans les familles de ce secteur.

Dans les champs,  il n’y a que de haricots, bananeraies et  des patates douces. A ce propos Gérard Kabera, l’un des habitants de ce secteur, âgé de 59 dit que dans ce secteur la culture de manioc reste introuvable et surtout irremplaçable parce elle est une culture vivrière et en même temps commerciale.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Cet homme qui habite dans la cellule de Karengera  ajoute que la culture de bananeraie est une bonne, à condition qu’on y mette du fumier, tandis que le manioc reste irremplaçable.

“ Les maniocs sont plus utiles que les bananes du fait qu’on ne peut pas manger les feuilles de bananiers mais pour les maniocs ses feuilles sont mangeables», avoue Kabera.

Ces habitants de Musambira ne savent pas cultiver les bananiers, surtout que les champs dont ils disposent ne sont pas confortables pour cette culture.

Selon Yankurije Francine, une vieille femme, les maniocs sont très utiles mais que la mosaïque qui les a ravages. Elle dit “ La période de famine que nous vivons  est due au manque des maniocs avant nous n’avions aucun problème”.

Batamuriza Claire du même secteur dit,  “ Pour le moment, un gobelet (1/2 kg) de haricots coute 600frw ce qui est une réalité de la famine dans notre secteur. Donc les familles nombreuses rencontrent des problèmes pertinents» atteste-t-elle.

Par contre, Tuyizere Thadée, le Maire (a.i) du district de Kamonyi n’est pas d’accord avec ces habitants, arguant qu’ils peuvent vivre d’autres choses en dehors de l’agriculture.

A propos du problème du manque de la culture de Manioc, le maire  dit qu’il est en voie d’être résolu et que des semences sélectionnées de manioc ont été commandé en quantité.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Zacharia Murekezi

 

 

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.