kwamama 6

Kampala : Les avocats des réfugiés rwandais plaident en justice

0

 

Les avocats de 45 réfugiés rwandais arrêtés à la frontière de Kikagati le 11 décembre plaident devant les tribunaux pour protester contre la façon dont leurs clients sont traités en détention dans les locaux de la police de Nalufenya.

Les réfugiés, du camp de réfugiés de Nakivale, ont été arrêtés, alors qu’ils se rendaient en Tanzanie pour une bourse chrétienne, bien que le prétexte d’arrestation était qu’ils allaient participer à la formation militaire de RNC, passant par la Tanzanie, puis au Burundi vers Minembwe en RDC.

Cependant, on pense qu’ils ont été arrêtés sur des liens avec le groupe rebelle des forces démocratiques alliées (ADF).

Par ailleurs, les avocats de KOB Advocates insistent sur le fait que les réfugiés ont été détenus au-delà des 48 heures exigées par la loi.

“Que les requérants (suspects) n’ont pas été traduits devant un tribunal compétent pour être inculpés d’une infraction reconnue par la loi ougandaise. Que les agents de l’intimé (gouvernement) ont délibérément échoué ou refusé de nous accorder l’accès à nos clients alors qu’ils se trouvaient dans la police de Nalufenya », lit-on dans les documents de la cour.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Les avocats veulent que le tribunal oblige l’Etat à traduire en justice les suspects devant le tribunal et à être formellement inculpé.

La requête du tribunal vient après une vaine avalanche de plaidoiries pour être autorisé à accéder aux suspects. Le 18 décembre, les avocats ont écrit à l’inspecteur général de la police Kale Kayihura pour leur accorder l’autorisation d’accéder à leurs clients dans les locaux de la police de Nalufenya, mais sans succès.

Dans une lettre séparée datée du 21 décembre, les avocats ont saisi la Direction des poursuites publiques (DPP) pour se plaindre que les suspects avaient passé du temps en détention sans avoir consulté leurs dossiers, ce qui est contre leurs droits fondamentaux à un procès équitable.

Les avocats ont plaidé au DPP pour accéder au dossier pour lecture, mais la demande reste en attente de l’audience devant le tribunal.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Jean Baptiste Karegeya

 

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.