kwamama 6

Karongi: Le maire suspend une comptable de l’hôpital pour insubordination

0

Espérance Uzamukunda, Comptable de l’Hôpital Kibuye vient d’être temporairement suspendue de ses fonctions, après qu’elle ait adressé une lettre officielle, pleine d’insolence et sans respect à l’hiérarchie.

Le district de Karongi vient de prendre cette mesure selon le code d’éthique professionnelle.

Dans sa lettre dont beaucoup d’instances ont eu la copie, Esperance répondait au directeur de l’Hôpital, Dr Eugene Nkusi, qui lui demandait de justifier les dépenses relatives au projet de Planning Familial.

Dans la réponse, elle est allée au delà de l’administration et changea de ton, comme si “elle avait un problème particulier avec son boss”.

Elle disait, “Mon directeur, je vous mets en garde de ne plus me faire perdre la tête, avec des lettres qui me détruisent au lieu de me construire. Vous me montrez plus de haine et méchanceté que d’amour. Je me demande si c’est votre façon a vous de mettre en  application les programmes du gouvernement de l’union nationale”.

Pour le district de Karongi, la commission de discipline s’est réunie mercredi le 6 Septembre, et a supplié le district de la suspendre pendant trois mois, à partir de ce Vendredi 8 septembre 2017. C’est une lettre signée par François Ndayisaba, Maire de Karongi.

Légalité de sanction

Selon l’article 21 de l’arrêté présidentiel n°45/01 du 30/06/2015 (code d’éthique professionnelle des agents de l’état), l’agent de l’Etat doit faire preuve de discipline, et exécuter les tâches lui assignées selon les instructions du superviseur. Et l’article 23 du même arrêté, dit que l’agent de l’Etat doit  se comporter avec politesse et honnêteté sans considération de religion, sexe, handicap, région ou tout autre motif discriminatoire, ne pas être obstacle à l’efficacité de ses collègues au travail, et ne pas se mêler de leur vie privée.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

La sanction imposée à la comptable Esperance Uzamukunda est conforme a l’arrêté présidentiel no 65/01 du 04/03/2014 (modalités d’application du régime disciplinaire aux agents de l’état).

Son article stipule que la suspension pour une période de trois (3) mois au maximum sans être payé est infligée à un agent de l’Etat qui insulte une personne qui vient lui demander un service, qui insulte ou diffame oralement, par écrit ou en images l’agent de l’Etat de même niveau d’emploi ou de niveau d’emploi inférieur.

Et l’article 14 va même à la révocation, comme sanction la plus forte de toutes les sanctions disciplinaires. Elle est infligée à un agent de l’Etat qui a commis l’une des fautes lourde, comme « diffuser une information dans l’intention d’inciter les gens à haïr ou déshonorer son institution ou les institutions publiques en général ».

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Jean Baptiste Karegeya

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.