Un des quatre agriculteurs du district de Kayonza dont les bovins ont été trouvés en train de paître sur des terres appartenant au centre d’entraînement au combat des Force de défense rwandaise (RDF) à Gabiro a contesté la décision du district de mettre aux enchères les vaches.

Quelque 158 vaches qui ont pénétré sur le territoire de la Force de défense rwandaise devaient être vendues aux enchères jeudi. Cependant, Steven Safari, dont ses 104 vaches font partie des celles saisies, a saisi le tribunal pour demander une injonction à la décision du district.

La vente aux enchères fait partie des résolutions prises en février par les comités du conseil des districts de Kayonza, Gatsibo et Nyagatare, qui ont conclu que le bétail qui empiétait sur les terres soit vendu et que l’argent soit versé au trésor national. C’était la première enchère qui allait être exécutée dans le district de Kayonza depuis la décision.

Au cours des dernières semaines, les autorités du district de Gatsibo ont mis aux enchères 493 bovins appartenant à 18 agriculteurs, pour un total de 83,2 millions de francs rwandais, et de 25 millions de Nyagatare à la vente aux enchères de 180 animaux appartenant à 13 agriculteurs.

Le cas Safari

Le 4 juillet, Safari a annoncé que son bétail avait disparu avant de découvrir qu’il avait été saisi après sa découverte sur un terrain militaire.

Après plusieurs tentatives infructueuses de persuader les chefs de district de libérer les vaches, le 22 juillet, Safari a porté l’affaire devant le tribunal intermédiaire de Nyagatare.

Il a fait valoir qu’il n’avait jamais permis à son berger de faire paître son bétail à Gabiro. La région est célèbre pour ses pâturages verts.

«Je n’ai jamais permis à mes bergers d’engouiller mes vaches dans la zone de Gabiro», a-t-il déclaré.

Le New Times comprend que, bien que les autorités du district de Kayonza aient suspendu la vente aux enchères, elles ont déposé une requête auprès de la chambre du tribunal de première instance de Rwamagana.

Dans le même temps, Safari a également engagé une procédure pour obtenir la libération immédiate de ses vaches.

Les responsables du district de Kayonza ont refusé de commenter l’affaire, évoquant un possible outrage au tribunal.

Mais le gouverneur de la province de l’Est, Fred Mufulukye, a déclaré: «Le gouvernement n’a aucun intérêt à prendre les propriétés de la population; la décision a été prise dans l’intérêt du pays et des Rwandais en général.  »

Il a déclaré que la décision des districts concernait la sécurité de la population bovine de la province et la prévention de la propagation des maladies du bétail.

Les dirigeants locaux et le ministère de l’Agriculture ont décrit Gabiro comme une zone infestée de maladies du bétail, car il est également un habitant de certains animaux sauvages.

Récemment, les trois districts ont été confrontés à une épidémie de fièvre aphteuse, ce qui a amené le ministère de l’Agriculture à restreindre les mouvements et la vente de bétail de mai 2017 à février 2018.

Les responsables de RDF et les dirigeants locaux ont déjà mené plusieurs campagnes de sensibilisation des agriculteurs sur les dangers du bétail en pâturage dans les zones infestées par la maladie.

Les peines légères introduites se sont révélées inefficaces, y compris des amendes allant de 15 000 à 38 000 francs rwandais, ont indiqué des responsables.

 

 

ACHA JIBU

Tanga igitekerezo
Andika amazina