Alain Mukurarinda, artiste rwandais et ancien porte parole du parquet, doit lancer ce mercredi 7 Mars, son livre sur le procès de sa consœur rwando-néerlandaise, Ingabire Victoire Umuhoza. Cette femme politique rwandaise qui purge sa peine de 15 en prison de Kigali, pour avoir fait atteinte à la sureté nationale rwandaise.

Ingabire Victoire Umuhoza est la fondatrice des FDU INKINGI (Forces Démocratiques Unifiées), une coalition de groupes d’opposition rwandais en exil avec  membres actifs au Rwanda, en Europe, aux États-Unis et au Canada.

Elle a est rentée au bercail  en 2010, avec ambition de se porter candidate a la présidentielle. De son arrivée, on la fait visiter le site mémorial de Kigali à Gisozi, mais son discours fut son dernier étant libre.

La, elle prêche le double génocide, elle souhaite d’autres sites du même genre pour les Hutus. Comme cela constitue un déni du génocide dans la réglementation rwandaise, elle a été immédiatement arrêtée et condamnée. Elle purge actuellement une peine d’emprisonnement de 15 ans à la prison centrale de Kigali pour terrorisme et menaces à la sécurité nationale.

Dernièrement, Alain Muku s’était excusé, comme beaucoup de gens l’interrogeaient sur le cas d’Ingabire: manupilation, l’invention de preuves, … Alain Muku, qui suivait le procès pas de loin, en tant que porte parole du parquet,  promettait de donner des détails plus tard, maintenant dans le livre.

Muku disais, {« Depuis deux ans, plusieurs personnes, de tous les horizons, m’ont demandé pourquoi je ne racontais pas à travers des conférences, des débats, des interviews radios ou télévisés ce qui s’était réellement passé durant le procès de Madame Ingabire Umuhoza Victoire.
Pour la plus-part des gens, ce fut un procès inéquitable, dont les preuves avaient été fabriquées. En résumé, un procès politique car à leurs yeux, Madame Ingabire Umuhoza Victoire n’avait commis aucun crime ou délit. 

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Ce procès ne s’est pas déroulé à huit clos! Pourquoi tant d’opinions divergentes ? Mieux vaut tard que jamais ! Comme beaucoup l’ont souhaité, voici enfin ce que j’ai vu et entendu durant ce procès qui a duré pas moins de trois ans.
Comme Madame Ingabire Umuhoza Victoire a déjà livre sa version, Je vous propose de vivre, cette fois-ci, le procès avec les yeux du procureur. J’espère, avec ce livre, vous éclairer sur ce qui s’est réellement passé devant les cours et tribunaux.
Vous trouverez mon livre qui s’intitule “ Qui manipule qui ? : Victoire Ingabire Umuhoza, des Pays-Bas au Pays des Mille Collines”
.

Et dans son résumé, le procureur s’étonne, {« Je n’avais jamais, comme membre du Ministère Public, participé à un procès, qui à sa fin, dans le monde entier, soit considéré comme un procès inique et politique, de mascarade judiciaire, d’irrégulier et de simulacre de procès totalement inéquitable.

Que tous ceux qui y ont participé de près ou de loin, notamment la police judiciaire, les officiers du ministère public et les juges soient calomniés et injuriés. Tout cela a été fait, pour la simple raison que celle qui était poursuivie se considérait comme une femme politique, comme si, le fait d’être une politicienne primait sur tout le reste et la rendait intouchable !

C’est comme si le fait d’appartenir à tel genre, à tel groupe national, ethnique, racial ou religieux ou d’exercer une quelconque activité, exonérait de sa responsabilité pénale quiconque ayant commis des crimes et délits.

Devrions-nous nous taire et ainsi laisser salir gratuitement les noms de tous ceux qui ont participé à ce procès ? Au nom de quoi agirait-on ainsi alors que le procès n’a pas, eu lieu à huis clos ?

J’ose espérer que les démocrates ne seront pas choqués ni offusqués par le fait que j’aie osé prendre ma plume et coucher sur papier pour la postérité et l’enrichissement du débat, ce que j’ai publiquement vécu dans les prétoires…

Une expérience juridique enrichissante et digne de ce nom »},  Alain Mukuralinda

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Jean Baptiste Karegeya

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina