kwamama 6

Kigali:Marchands ambulants rwandais chassés, ceux du Singapore récompensés

0

Le 18 janvier 2017 la mairie de la ville de Kigali a renforcé l’ordre de chasser dans les rues les marchands ambulants et poser des sanctions  à l’égard des récalcitrants et leurs complices acheteurs. Quelques rwandais s’inquiètent des mesures prises surtout qu’il des pays qui pratiquent ce genre de commerce et se développent. L’exemple est celui de la Singapore ou un marchand ambulant a reçu un prix international du commerce des aliments, octroyé par la société Michelin Star.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Cet ordre date depuis mars 2015, après avoir été publié dans le journal officiel du juillet 2016. L’article 17 de l’ordre interdit le commerce ambulant dans les rues punit les vendeurs et acheteurs, ceux qui ne se conforment pas sont punis par l’article 19 ‘’est puni d’une amande de dix mille francs rwandais celui qui vend ou achète des marchandises dans les rues’’

La Vice Maire de la Ville de Kigali chargée des affaires sociales Patricie Muhongerwa dit que ces ordres devront être misent en application  à partir du le 18 janvier courant. La mairie dit qu’elle a déjà construit 12 marchés pour les marchands ambulants plus de six mille, les uns ont refusés de s’y installer.

Au cours du chronique diffusé sur la radio privée Isango Star, un auditeur Albert Nsengiyumva envoie un message électronique et de dire ’’faire le marché dans le désordre personne n’en est fier mais il s’agit de la façon dont il fait comme la vie l’oblige… Dire  à cette personne que sont travail est arrêté lui signifie que son estomac est fermé !! Mais le ventre n’est jamais fermé.’’

abazunguzayi/bwiza.com

L’autre auditeur déclare que l’administration semble ne pas être en mesure de résoudre ce problème et de dire ’’les institutions ont échoué, il n’est pas la première fois c’est habituel. Si tous les moyens ont échoués c’est une inaptitude administrative.’’ Celui-ci se plaint de la façon dont on jette les aliments achetés dans les poubelles au moment où dans la ville il y a des enfants malades et mal nourris.

Celui-ci reconnait l’importance des marchands ambulants, mais il n’est pas d’accord avec ceux qui le font en désordre. Ils facilitent d’approvisionner dans les bureaux pour ceux qui n’ont pas eu le moyen de sortir pour aller faire des achats au marché, c’est pareil  à quelqu’un qui ne peut pas avoir la peine d’aller acheter une seule pomme au marché. Il souhaite que ce commerce dans la rue soit reconnu et que ceux qui le pratique soient identifiées.

Les auditeurs du chronique ‘’Biravugwa’’ disent que les marchands ambulants n’ont pas refusé de faire le commerce dans les marchés leurs construits. Seulement ceux qui ont été enregistrés n’ont pas eu des places, plutôt ceux qui en occupent sont des femmes et des employés comme DASSO, les autorités de base, les hommes de la ronde comme ‘’Inkeragutabara.’’

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

abazunguzayi/bwiza.com

Les conséquences seront que ceux qui abandonneront ce genre de commerce pourront faire d’autres travaux illégaux comme le vol, femme libres etc…

De dire encore que tout ceci est due  à l’écart entre les riches et les pauvres, ces qui prennent les décisions   se contentent des moyens des riches tout den se méfiant des pauvres, surtout que les marchandises de l’intérieur des marchés sont chères par rapport  à celles de l’extérieur.

Vendre  à l’ambulant n’est pas un désordre. Ce genre de commerce est pratique partout au monde, en Inde, Sénégal, Cote d’Ivoire, Burkina Faso, Benin et ailleurs. Ils placent des parapluies dans les rues de la ville, ils vendent des aliments comme les fruits et aussi des pains, chaussures etc… mais en ordre.

Au Singapore un cuisinier de la rue a reçu un prix octroyé par la société Michelin Star 2016. Chaque année la même société apprécie la normalisation des aliments. Ce vendeur ambulant connu sous le nom de Chan Hon Meng qui travaille plus de 17 par jour vend entre 150 et 180 poulets par jour

abazunguzayi/bwiza.com

Les analystes dissent que le commerce ambulant joue un rôle capital dans l’économie du pays.

Les recherché menées par IEMS( informal Economies Monitoring study), montent comment ce genre de commerce participe au développement du pays, ceux qui en pratique parviennent  à nourrir leurs familles d’approvisionner en bons aliments leurs foyers aliments et payer les frais scolaires  à leurs enfants.

Ils donnent du travail aux transporteurs, les chauffeurs les sentinelles   et donnent des taxes, impôts et amandes  à l’état.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Les marchands ambulants ont un rôle capital pour leurs villes. Selon les statistiques voici comment ils font avancer leurs villes Lomé/Togo: 24%, Cotonou/Benin: 19%, Dakar/Sénégal: 13%. Hanoi/Vietnam: 11%, Lima/ Péru 9%. Inde: 11%, Afrique du Sud: 15%.

Le Rwanda ne fait pas la particularité d’avoir beaucoup des femmes qui font la commerce dans les rues. Au Ghana ils sont  à 88%, Afrique du sud  à 68% et au Kenya  à 63 %.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Karegeya J. B et Abdou Nyampeta/bwiza.com

 

 

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.