kwamama 6

Kirehe: La police arrête un suspect de trafic de drogue

0

La police dans le District de Kirehe, a arrêté le 25 décembre, un homme identifié comme Joel Nsabimana en rapport avec le trafic de stupéfiants dans le pays.

Nsabimana, âgé de 25 ans, était au moment de son arrestation en possession de 21 kilogrammes de cannabis, a déclaré le porte-parole de la police de l’Inspectorat de la province de l’Est, Emmanuel Kayigi.

“Comme la police était en patrouille habituelle vers 2:00 am, ils ont rencontré Nsabimana à Gatore et ils l’ont arrêté; Quand ils ont vérifié un sac qu’il portait, ils ont trouvé qu’il était du cannabis et ils l’ont emmené en garde à vue tout de suite “, a déclaré IP Kayigi.

“Nous avons depuis établi qu’il avait obtenu les stupéfiants du secteur Musaza et était censé le livrer à une autre personne à Gatore, mais nous continuons à enquêter afin que tous ceux qui sont liés à cet acte criminel soient arrêtés pour faire face à la justice”, a expliqué IP Kayigi .

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

“Il semble que le suspect pensait qu’il exploiterait les fêtes. La sécurité reste à tout moment à la lutte et à prévenir tout acte criminel », at-il dit.

img-20161225-wa0005

Il a rappelé que la lutte contre les stupéfiants et autres substances psychotropes est l’une des priorités de la police nationale du Rwanda par l’intensification des opérations, la sensibilisation du public et la police communautaire.

«Cette opération, et bien d’autres, ont montré combien nous sommes déterminés à lutter contre le trafic et les abus de drogues; Nous avons également récolté un gros coup de pouce de la police communautaire où les résidents se sont levés pour combattre tout ce qui affecte leur bien-être », a-t-il ajouté.

Kirehe est communément connue pour être l’une des principales voies que les trafiquants utilisent pour transporter des stupéfiants dans le pays. Selon les lois, la fabrication, la vente et l’utilisation de stupéfiants et de substances psychotropes sont passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans et d’une amende pouvant aller jusqu’à cinq millions de roupies selon l’article 594 du code pénal. Le fait de permettre à une autre personne d’utiliser des drogues est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et d’une amende de 500 000 à 500 millions de roupies selon l’article 595, tandis que l’article 596 oblige un enfant à consommer des stupéfiants. sept ans.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

@bwiza.com

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.