SOCIETE

Kirehe : Le camp de réfugiés de Mahama devenu une ville modèle

22 avril 2015 – 22 avril 2017, cela fait exactement deux ans depuis son ouverture. Mahama devient un établissement modèle, et standard pour d’autres camps dans le pays et même au-delà, et se développe pour accueillir les nouveaux réfugiés qui fuient du Burundi au Rwanda chaque jour.

Il est le plus récent, mais encore le plus grand des camps de réfugiés au Rwanda. Mahama abrite plus de 53 000 personnes et comptant dans un secteur qui abrite 23 000 Rwandais. A l’échelle locale, le camp est souvent appelé le ‘’13ème secteur’’ du district de Kirehe dans la province de l’Est.

Au cours des premières semaines de la crise du Burundi en avril 2015, le HCR et le Ministère rwandais de la gestion des catastrophes et des réfugiés (MIDIMAR), avec leurs partenaires, déploient rapidement des équipes pour créer des abris d’urgence. Des systèmes  temporaires d’eau et des cliniques de santé d’urgence sont immédiatement mis en place. Un grand nombre de réfugiés arrivent à vivre dans la sécurité et la dignité de base.
Aujourd’hui, deux ans plus tard, le camp de Mahama est presque non reconnaissable ; transformé d’un panorama de tentes plastiques et d’infrastructures temporaires en un village modèle, où les services sont offerts aux réfugiés et aux membres de la communauté hôte.

rsz_dsc_2225

En ce qui concerne les soins de santé, deux centres de santé forts permettent d’améliorer l’accès à des soins de santé de qualité tant pour les réfugiés que pour la population locale. Les médecins rwandais et les infirmiers burundais se mêlent dans les couloirs du centre de santé, pour soutenir les patients tous les jours, tandis que les cas nécessitant des soins de niveau secondaire et tertiaire sont soumis aux hôpitaux locaux.

Pour plus de 30 000 réfugiés vivant en milieu urbain, le gouvernement prévoit un plan pour s’assurer qu’ils peuvent accéder au régime national d’assurance maladie.

A propos de l’assainissement, un tuyau vers la communauté dans cette région des plus sèches du pays,  est en construction pour s’assurer que les refugies bénéficient également d’un accès à l’eau potable. A propos de l’éducation, le HCR et ses partenaires  construisent plus de 190 salles de classe.

En partenariat avec MIDIMAR et le ministère de l’Éducation, tous les enfants réfugiés en âge scolaire sont au banc de l’école, intégrés dans le système scolaire national et accèdent à l’éducation aux côtés des rwandais de la communauté hôte. Le HCR fournit également des cours d’orientation dans le camp, et certains étudiants  bénéficient des bourses de l’enseignement supérieur à Kigali et obtiennent des diplômes universitaires américains accrédités sans avoir à quitter le pays.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Afin de promouvoir l’autonomisation des femmes réfugiées et d’atténuer les risques de violence sexuelle, un Centre pour Femmes et Filles est ouvert le mois dernier. Différentes activités telles que le tissage et la confection de savon sont là, avec une salle informatique pour connecter les femmes réfugiées au Rwanda à d’autres femmes à travers le monde. Le centre offre aussi des salles de réunions et des bureaux pour les coopératives de femmes. Jusqu’à présent, cinquante femmes réfugiées ont formé une coopérative d’objet d’art, qui  maintenant effectue 6 expéditions aux États-Unis,  dans une boutique en ligne.

Avec le soutien de MIDIMAR et du HCR, le camp dispose aujourd’hui d’un marché dynamique où les réfugiés et les membres de la communauté peuvent faire les soins de cheveux, acheter des produits d’alimentation et autres… La recherche menée au Rwanda par l’Université de Californie et l’Université de Maastricht démontre que les réfugiés contribuent positivement à l’économie locale grâce à la création d’emplois et aux retombées économiques, et Mahama ne fait pas exception. Un marché élargi de biens et services depuis l’arrivée des réfugiés profite aux rwandais et aux réfugiés burundais.
Récemment, la retraite des hauts dirigeants du gouvernement Rwandais  publie des recommandations qui permettent d’améliorer la situation des réfugiés dans le pays. Le HCR considère ces recommandations,  comme voie de solutions de changer l’usage bois de chauffage et l’élimination de l’utilisation de feuilles de plastique, non seulement des défis mais des opportunités de travail.

Le camp de Mahama a ouvert ses portes le 22 avril 2015, suite à un afflux massif de réfugiés du Burundi qui fuyaient la violence liée aux élections présidentielles. En l’espace de seulement trois semaines, c’est-à-dire entre le 1er avril et le 22 avril, il y avait déjà 9 500 réfugiés burundais qui ont besoin d’une aide humanitaire pour sauver des vies. Le nombre de réfugiés burundais au Rwanda aujourd’hui s’élève à près de 84.898, dont les deux tiers vivent dans le camp de Mahama.

Abdou Nyampeta

 

 

Related posts

Rusizi: Un orphelinat sans nourriture surprend la Ministre, les enfants sont transférés aux Villages d’Enfants SOS

Karegeya Jean Baptiste

Du camp à l’ambassade: Mukantabana et Çitaku partagent leur passé pénible

Kigali: Une domestique torturée pendant 18 mois, réclame la justice

Karegeya Jean Baptiste

Leave a Comment