La CPI va rendre son jugement dans l’affaire Bosco Ntaganda

0

La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé dimanche qu’elle rendrait son jugement dans l’affaire du chef rebelle congolais Bosco Ntaganda lors d’une audience publique ce lundi 8 juillet.

Ntaganda est accusé de 13 chefs de crimes de guerre et de cinq crimes contre l’humanité en tant que chef d’état-major adjoint et commandant des opérations de la Force patriotique pour la libération du Congo (FPLC). Les crimes, liés à des attaques contre la population non hema, auraient été commis en Ituri, en République démocratique du Congo, en 2002-2003.

La CPI mentionne également un conflit armé non international entre l’Union des patriotes congolais / Forces patriotiques pour la libération du Congo (UPC / FPLC) et d’autres groupes armés organisés.

Les crimes allégués comprennent: meurtre et tentative de meurtre; attaquer des civils; râpé; l’esclavage sexuel de civils et l’enrôlement et la conscription d’enfants de moins de 15 ans.

Le procès de Ntaganda a commencé au début de septembre 2015. Un an plus tard, il a entamé une grève de la faim pour protester contre les conditions de sa détention à la CPI, qui comprenait notamment des restrictions concernant ses appels téléphoniques et son droit de visite à la suite d’inquiétudes concernant l’ingérence de témoins.

Ntaganda, surnommé “The Terminator”, avait précédemment affirmé qu’il était un révolutionnaire, mais pas un criminel.

La carrière militaire de Ntaganda a commencé au Rwanda quand il a rejoint le Front patriotique rwandais pendant le génocide de 1994. Il a ensuite rejoint une branche de l’Union des patriotes congolais (UPC), avant de se rendre à l’ambassade des États-Unis au Rwanda en 2013.

Leave A Reply

Your email address will not be published.