Environ 300 hauts responsables du gouvernement central, du gouvernement local, des entreprises parapubliques et du secteur privé se réunissent au Centre d’entraînement au combat des forces de défense rwandaises à Gabiro dans le district de Gatsibo pour la retraite annuelle du leadership national.

Les participants à la 15e édition de la retraite annuelle du leadership national ont quitté Kigali hier après-midi pour la retraite de quatre jours du 26 février au mois de mars.

La retraite se penchera, entre autres, sur le statut actuel du Rwanda par rapport aux objectifs de développement du pays, les conditions préalables à la croissance transformationnelle et l’amélioration de la qualité des services de santé, selon une déclaration du gouvernement.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

L’éducation pour une économie fondée sur la connaissance et la meilleure façon de positionner le Rwanda figurent également à l’ordre du jour.

Le président Paul Kagame devrait présider la retraite et prononcer les remarques d’ouverture et de clôture.

La retraite comprendra également une présentation du Premier ministre Édouard Ngirente sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des recommandations de la Retraite de leadership 2017.

Selon l’auditeur général Obadiah Biraro, la retraite, «en termes de gouvernance de coopération, est comme une assemblée générale annuelle des actionnaires de la République du Rwanda».

Anastase Shyaka, chef de la direction du Conseil de gouvernance du Rwanda (RGB), a déclaré qu’il était temps de donner un nouvel élan au programme de transformation.

“La retraite de leadership est un moment pour un nouvel élan dans la prestation, la coordination et se concentrer sur des choses qui sont transformationnelles. Nous ne réussirons peut-être pas nécessairement dans les résolutions que nous prenons, mais le plus important est que nous sommes certains que cet arrangement a un impact sur notre niveau de prestation et d’avancement des programmes gouvernementaux “, a déclaré M. Shyaka.

François Habitegeka, maire du district de Nyaruguru, a noté que le fait que cette retraite rassemble tous les dirigeants nationaux de différents niveaux, diplomates, analystes et commentateurs est l’occasion de “se défier” sur un certain nombre de questions qui seraient essentielles pour programme de développement.

La retraite nationale du leadership, communément appelée Umwiherero, s’inspire d’une tradition de la culture rwandaise selon laquelle les dirigeants se réunissaient pour réfléchir aux problèmes qui affectent leurs communautés. L’objectif de ces réunions était d’identifier des solutions et de s’engager à les atteindre.

Aujourd’hui, Umwiherero est devenu l’un des outils de gouvernance interne permettant aux dirigeants rwandais de se responsabiliser. Cela leur donne l’occasion de réfléchir aux progrès du pays et d’identifier des stratégies pour accélérer la réalisation des priorités nationales tout en résolvant les défis actuels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina