Le limogeage du Gen Kale Kayihura dimanche dernier, rappelle à Kizza de retracer des relations des trois Ka, ses compagnons de lutte pour libérer l’Ouganda.

«  Kagame faisait partie de nos forces et beaucoup d’entre nous ont eu une relation collégiale qui ne peut  disparaître, simplement parce qu’on vit dans des pays différents »

« Kaguta est resté jaloux envers Kagame,  puisque,  si prospère malgré son jeune et petit  pays »

« Kayihura est un homme très intelligent, il ne fait rien sans connaissance et considération ».

Cet ancien président du FDC (Forum pour le changement démocratique) dit que de l’affaiblissement du secteur de la sécurité en Ouganda est un problème qui est loin d’être résolu, que  malgré les changements en haut ne valent si l’on ne change pas le système de gouvernance.

S’adressant aux médias ce mardi à son bureau, Kiiza Besigye a déclaré que le régime actuel a continué de gouverner le pays avec “l’impunité” et que son système de sécurité se concentre seulement sur la  survie du régime.

Museveni a limogé dimanche, le général Kale Kayihura et le lieutenant-général Henry Tumukunde de leurs fonctions respectives d’inspecteur général de la police et de ministre de la Sécurité, les remplaçant par Okoth Martin Ochola et le général Elly Tumwine.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Selon  Chimpreports, Besigye dit que le président Yoweri Museveni a continué à nommer des gens qui lui sont fidèles, plutôt que ceux qui serviraient de professionnels dans l’intérêt des Ougandais.

C’était après que le duo se soit empêtré dans des combats de pouvoir observés, ce qui a suscité de nombreuses critiques , selon lesquelles leurs disputes augmentaient l’insécurité dans le pays.

S’exprimant sur l’initiative de Museveni de les remplacer pour réorganiser le secteur de la sécurité, M. Besigye a déclaré: “M. Museveni a échoué à la professionnalisation des institutions et cela ne peut jamais être réalisé,  car on ne peut pas avoir de professionnalisme, face au favoritisme basé sur la recherche de la loyauté personnelle d’un individu. ”

“Kayihura est intelligent, Kagame est prospère, Kaguta est jaloux”

Besigye a déclaré que malgré l’intelligence  de  Kayihura, il a opté pour la «sycophanterie» et est passé par-dessus bord pour devenir un passage du favoritisme.

“Je connaissais Kayihura avant qu’il ne devienne militaire et un outil de répression, en tant qu’être humain, il est un bon garçon, ce n’est pas quelqu’un qui se veut mauvais. Mais, il s’est donne à être utilisé d’une manière qui le projette comme une créature terrible “, at-il dit.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

“Il est un homme très intelligent et ses actions ne sont donc pas sans sa connaissance et sa considération; le défi de ces dirigeants est qu’ils sont des intrigants; des gens qui continuent à faire des choses qui ne correspondent pas à leurs valeurs, mais dans le but d’obtenir quelque chose de malheureux.

Besigye a observé que les retombées de Museveni avec Kayihura n’ont rien à voir avec son incapacité à diriger la police, mais plutôt avec sa loyauté accrue envers la direction au Rwanda.

Vers la fin de son règne, Kayihura aurait nourri des ambitions présidentielles soutenues par le gouvernement rwandais, ce que l’ambassadeur rwandais en Ouganda, le général Frank Mugambage, a nié , affirmant que son gouvernement n’avait aucun intérêt à soutenir Kayihura pour succéder à Museveni.

Cependant, selon M. Besigye, les relations entre le Rwanda et l’Ouganda resteront difficiles pendant longtemps, suite aux relations collégiales avec certaines des personnes qui gèrent les deux pays.

“Paul Kagame, le président du Rwanda faisait partie de nos forces et beaucoup d’entre nous ont des relations collégiales qui ne peuvent pas simplement disparaître parce que nous sommes dans des pays différents”, a-t-il dit.

Il a également noté que Museveni est resté jaloux envers Kagame puisque ce dernier est si prospère malgré le fait que son pays soit plus jeune et plus petit.

“Ce ne sont pas les échecs de la police qui ont provoqué des changements dans la direction, Museveni vient de renommer Kayihura pour le même poste, ce ne sont pas les voyous qui ont fait tomber Kayihura, mais la rivalité de Museveni”.

En conclusion, Besigye a déclaré que Museveni avait commencé à voir que Kayihura devenait plus fidèle à “l’autre côté” – le Rwanda – que lui; “C’est toujours et encore une question de loyauté”.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Jean Baptiste Karegeya

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina