kwamama 6

La Russie va retirer le gros de ses troupes de Syrie

Le président russe Vladimir Poutine et son ministre de la Défense, Sergei Shoigu, lors d’une réunion au Kremlin, à Moscou, ce lundi 14 mars2015. Le président Vladimir Poutine a annoncé lundi 14 mars qu’il avait ordonné le retrait, à partir de mardi, du gros des forces russes actuellement en Syrie, estimant que les objectifs poursuivis lors de cette intervention avaient été largement atteints.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Les bases navale et aérienne russes en Syrie continueront à opérer normalement, a-t-il précisé lors d’une réunion au Kremlin avec ses ministres de la Défense et des Affaires étrangères. Il a ajouté que la Russie allait intensifier ses efforts en vue de parvenir à un règlement négocié du conflit syrien, qui dure depuis cinq ans.
C’est le 30 septembre 2015 que la Russie avait décidé d’intervenir en Syrie contre ce qu’elle nomme des « terroristes », c’est-à-dire tous ceux qui s’en prennent au régime syrien. Moscou achemine alors des hommes, des forces spéciales et surtout use d’un matériel militaire dernier cri, à la fois pour contenir les partisans de l’organisation Etat islamique et l’opposition syrienne qui menace Damas.
En octobre de la même année, Vladimir Poutine fait tiré 26 missiles de croisière depuis un croiseur situé en mer Caspienne à 1 500 km des cibles visées. En décembre, c’est un sous-marin nouvelle génération et furtif qui entre dans la danse.
Deux objectifs au moins sont poursuivis par les Russes. D’abord, sauver le régime de Damas. C’est plus ou moins chose faite sur le plan militaire en tout cas, et préserver la base navale dont les Russes disposent dans la région de Lattaquié en Syrie, la seule de la Russie en Méditérannée.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Enfin, en usant de son armement ernier cri, la Russie entendait démontrer aux grandes puissances qu’il serait difficile de compter sans elle. Objectifs atteints Vladimir Poutine estime que ces objectifs sont remplis. « Avec la participation des militaires russes, les troupes syriennes et les forces patriotiques syriennes ont réussi à changer de façon radicale la situation dans la lutte contre le terrorisme, ils ont réussi à prendre l’initiative pratiquement sur toutes les directions, pour créer les conditions pour le lancement du processus de paix, a-t-il déclaré à la télévision russe.

En outre, nos soldats et les officiers ont montré des preuves de professionnalisme, leur capacité de coordination, et d’organisation du travail en dehors du territoire national, sans frontière commune avec le théâtre des opérations militaires. » Le président russe a ensuite invité son ministre de la Défense à commencer à partir de ce mardi « à retirer la majeure partie de notre contingent militaire de la République arabe syrienne. Et je demande au ministère des Affaires étrangères d’intensifier la participation de la Russie à l’organisation du processus de paix pour le règlement du problème syrien. »
Il est vrai que les jihadistes du groupe Etat islamique ont reculé un peu partout. Damas est également moins menacé, et Alep, la seconde ville du pays , est en passe de tomber aux mainsde l’armée syrienne.

[xyz-ihs snippet=”google”]

L’autre explication pour expliquer la décision de Vladimir Poutine, c’est le coût de la guerre. L’Arabie saoudite, hostile à la Russie, maintient artificiellement les prix du brut à moins de 40 dollars le baril, ce qui engendre des dépenses très sérieuses pour le président russe.

Vradmir et Assad
De gauche a adroite President Vladmir Putine et Assad

Assad reconnaissant Le retrait militaire russe de Syrie s’explique par la volonté de Moscou de promouvoir un règlement politique du conflit, a affirmé pour sa part l’ambassadeur russe à l’ONU Vitali Tchourkine.
Le Kremlin précise qu’au cours de leur entretien téléphonique Vladimir Poutine et Bachar el-Assad ont souligné que l’action des forces aériennes russes avait permis de changer radicalement la situation, de désorganiser les infrastructures terroristes et d’y porter beaucoup de dégâts, rapporte notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne .

Pour poursuivre la surveillance de la trève, la

Russie conserve sur le territoire syrien un site de maintenance de vols. La base navale de Tartous et la base aérienne de Hmeimim vont aussi continuer à fonctionner normalement.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Un accord entre les deux pays stipule que la Russie dispose de bases en Syrie sans limitation de temps. Toujours d’après le Kremlin, Bachar el-Assad aurait exprimé sa profonde reconnaissance à la Russie et aurait souligné sa volonté de favoriser le processus de paix.

click here to receive the updated news on facebook on twitter

Eric Nininahazwe @Bwiza.com

kwamama4

Les commentaires sont fermés.