Le Rwanda rejoint l’accord commercial entre la SADC, la CAE et le COMESA

0

Le parlement rwandais a ratifié l’accord de 2015 sur la zone de libre-échange tripartite (ZLET), marché de trois blocs régionaux.

La ZLET réunit les pays membres du Marché commun de l’Afrique orientale et australe (COMESA), de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) et de la Communauté de développement de l’Afrique australe.

La ratification a été adoptée mercredi sans passer par la commission, mais elle a suscité un débat sur son importance, craignant la duplication de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) récemment lancée, d’une valeur de 3 400 milliards de dollars.

La ZLET consiste en une zone de libre-échange de 1,2 milliards de dollars US, regroupant 26 pays africains et une population de 632 millions d’habitants. L’objectif général de la ZLET est d’éliminer les obstacles au commerce et de faciliter la circulation des personnes entre ses pays signataires.

La ministre du Commerce et de l’Industrie, Soraya Hakuziyaremye, qui a présenté le projet de loi, a déclaré: “Cet accord est très important pour notre marché d’exportation car il ouvre à notre pays un marché beaucoup plus vaste, car il comprend la Communauté de développement de l’Afrique australe dont nous ne sommes pas membres.”

Au début, certains membres du Parlement ont hésité à souscrire à cette proposition, arguant que cet accord ne serait peut-être qu’un double-emploi de la ZLECA existant.

«Je sens un problème de duplication ici. Nous devrions être sûrs de ne pas perdre d’impôts en raison de ces accords », a déclaré le député Frank Habineza.

Pour le député Ignacienne Nyirarukundo, ZLECA était suffisant.

La députée Christine Muhongayire a soutenu l’idée de ses collègues mais a indiqué que le Parlement prenait son temps pour évaluer l’accord au sein des commissions.

“Il est souhaitable que le projet de loi soit examiné par les commissions parlementaires afin que nous puissions connaître la différence évidente entre les accords commerciaux (généraux et régionaux) et les avantages qui en découleront”, a déclaré Muhongayire.

Le ministre Hakuziyaremye a expliqué que l’accord tripartite prévoit que tous les produits seront exonérés de taxe à 100% sur tous les produits déplacés avec les blocs. Cette phase de transition durera cinq ans mais donnera également au Rwanda un avantage considérable en termes de pénétration du marché pour la promotion de son produit d’origine. produits, en particulier textiles et vêtements, services TIC, entre autres.

Pour ZLECA, elle a expliqué qu’elle commencerait ses premières transactions commerciales en 2020 avec une taxe gratuite de 90% sur tous les produits pendant une phase de transition de cinq à dix ans, mais qu’elle comporterait également des clauses strictes comprenant une liste d’exclusion de biens ne pouvant être vendus en d’autres pays sans payer d’impôts.

Le projet de loi a été adopté par la Chambre, composée de 66 députés, mais seuls 49 ont voté en faveur des commissions et 10 d’entre eux ont voté contre, avec trois votes nuls.

Le Rwanda est la cinquième nation à approuver l’accord parmi les 26 pays qui ont signé l’accord en juin 2015 à Charm el-Cheikh, en Égypte. L’Afrique du Sud, l’Egypte, l’Ouganda et le Kenya l’ont ratifié avant l’échéance fixée à avril 2019. La prochaine réunion tripartite est prévue pour janvier 2020 à Kigali, où une nouvelle échéance devrait être fixée.

 

Leave A Reply

Your email address will not be published.