kwamama 6

Les braconiers du Parc Nyungwe jugés en public

0

Le tribunal de 1ère instance de Nyakabuye à Rusizi, vient de rendre un jugement en public, contre six personnes accusés du braconage au Parc National de Nyungwe. Les présumés ont plaidé coupables des accusations et demandèrent grâce. Le jugement sera prononcé fin cette semaine.

Les accusés comprennent 5 personnes ayant entamé une requête de minerais au sein de Nyungwe, ainsi qu’un homme qui a tué une espèce animale dans le même parc.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Devant le juge, tous les accusés ont avoue qu’ils ont commis les infractions don’t ils sont poursuivis. L’un des accusés, Ntigashira Jean répond au juge. “je reconnais avoir tué l’animal, et j’en regrette. Toute fois, je demande la clémence du tribunal pour réduire mes peines”, déclare froidement l’accusé, du Secteur Bweyeye.

Malgré le reconnaissance des crimes, le juge propose à tous les 6, un emprisonnemt de 2 ans, avec une amende de 2 millions pour les mineurs, et de 1 million pour le braconier qui a tué l’animal.

De même pour les quêtteurs des minerais, la réponse reste “oui, mais je demande pardon”.

Le présent procès constitue une leçon pour la population des environs du parc, bien que certains remarquent un retard de la présente pratique.

L’un des habitant du secteur Nyakabuye déclare à Radio Flash FM. “Si cette loi était venue avant, le parc serait plein d’animaux, meme les éléphants et les buffles seraient encore là”.

Cependant, les autres déplorent la lourdeur des peines influgés à ces derniers. “ca deviant de plus en plus grave. Deux millions chez un simple berger, aide maçon qui n’a même jamais touché 20 billets de 5 mille? Que les gens rennoncent à ce parc, les choses ont changé, rien n’est plus comme avant”.

Les accusés sont punis selon l’article 96 de la loi n° 04/2005 du 08/04/2005, Loi Organique portant modalités de protéger, sauvegarder et promouvoir l’environnement au Rwanda. L’article stipule ce qui suit: Est puni d’un emprisonnement de deux (2) mois a deux (2) ans et d’une amende de trois cent mille (300.000) à deux millions (2.000.000) de francs rwandais ou l’une de ces peines, quiconque, en violation de la réglementation en vigueur, procède ou fait procéder à l’abattage d’arbres ou d’animaux dans les forêts classées, les aires protégées et les parcs nationaux. Les complices sont punis de mêmes peines.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter 

Jean Baptiste Karegeya

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.