Dans les propos recueillis par Deutch Welle lors de la conférence de Marrakesh, l’ancien président du Botswana ne mâche pas les mots « en s’éternisant au pouvoir, certains dirigeants africains gâchent les acquis de leur trône », pointant du doigt au trio des grands lacs.

Mogae qui fut 10 ans précis a la tête du Botswana(1998-2008) félicite les exploits économiques de certains leaders africains, mais déplore le déclin qui gâche tout après la quinzième année au pouvoir. « En âges avances au pouvoir, les intérêts personnels commencent à interférer avec ceux publics, et l’on dit le pouvoir corrompt, et absolument c’est vrai ».

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Selon lui, les politiques africaines doivent relater les priorités africaines, les réalités sur terrain, pas nécessairement ce qui se fait ailleurs. Pour le cas de Museveni, président Ougandais, les premiers 15 ans étaient impeccable, il a réellement unifie le pays, « il était mon héro », mais il vient de me décevoir, il commence à changer de langage, il n’est plus le même. Il ne compte qu’a l’armée, jusqu’à monter son propre fils a la tête de celle-là !!

ba-parezida-2

Mogae continue, « Beaucoup de dirigeants africains commencent bien, mais gâchent tout en voulant rester longtemps au pouvoir par force ou tricheries. Kagame fut mon idole, je suis parmi ses admirateurs, pour moi, je ne vois aucun problème s’il continue à diriger le Rwanda avec un 3eme mandat. Cependant, ça devrait être le dernier mandat, une occasion préparer librement sa succession. Cela garantirait sa justesse ».

Festus Mogae a dirigé le Botswana depuis 1998 jusqu’en 2008, primé de Mo Ibrahim. Il actuellement occupe dans les affaires, en tant qu’Economiste de qualification. Ayant servi l’Etat pendant 20 ans et autres 20 ans en politique, il émerge dans les activités de développement.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Jean Baptiste Karegeya

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina