Une quarantaine de ressortissants rwandais ont été arrêtés à Kibuye, une banlieue de Kampala, dans le cadre d’une opération conjointe entre la chefferie du renseignement de l’armée et la police ougandaise, ont annoncé les autorités.

L’opération s’est déroulée dans une église non identifiée située au premier étage du bâtiment Joinus à Kibuye, sur Entebbe Road, et n’était composée que de citoyens rwandais.

Les soldats de forces de défense du peuple ougandais (UPDF) ont d’abord bouclé le lieu où le groupe aurait organisé une réunion avant de leur ordonner de sortir.

Celui qui sortait de l’église reçut l’ordre de monter dans une fourgonnette qui les a amené à un endroit inconnu selon le journal ougandais, Daily Monitor.

Le porte-parole de la police métropolitaine de Kampala, Patrick Onyango, a confirmé les arrestations et expliqué que la police ne jouait qu’un « rôle de soutien » dans l’opération.

«Nous n’avons joué qu’un rôle de soutien. Pour plus de détails, je vous demande de parler à mon collègue principal de l’UPDF », a déclaré M. Onyango.

Brig Richard Karemire, porte-parole de l’UPDF, a refusé de divulguer les détails des arrestations.
« Il s’agit d’une opération en cours, je ne peux pas vous donner de détails pour le moment car cela mettrait en péril l’opération », a déclaré la brigade Karemire.

Une source du service de sécurité a déclaré au Daily Monitor que les suspects constituaient une menace pour la sécurité, sans toutefois préciser la nature de la menace qu’ils représentaient.

« La plupart des personnes que nous avons arrêtées étaient des Rwandais, mais ils avaient une carte d’identité nationale ougandaise qui s’est révélée être un faux », a déclaré la source.

Les relations entre l’Ouganda et le Rwanda ont récemment atteint un nouveau creux avec la fermeture du Rwanda par son côté de la frontière. Le Rwanda accuse l’Ouganda d’arrêter illégalement  ses citoyens et de soutenir des dissidents, une affirmation que les autorités de Kampala ont constamment démentie.

Le gouvernement rwandais a à son tour exhorté ses ressortissants à ne pas se rendre en Ouganda pour «leur propre sécurité personnelle».

 

ACHA JIBU

Tanga igitekerezo
Andika amazina