JOURNAL Nouveau Journal

L’Ouganda déporté un autre citoyen rwandais

Un autre ressortissant rwandais a été expulsé d’Ouganda après trois semaines de torture de la part de la Chieftaincy of Military Intelligence (CMI).

Emmanuel Rwemayire 44, un détaillant rwandais qui possède un magasin d’électronique à Mbarara, une ville située à environ quatre heures de route du Rwanda, a été recueilli par des agents de sécurité rwandais à la frontière où il a été abandonné par CMI.

Une fois à Kigali mardi, Cyemayire a raconté comment il avait passé trois semaines de torture.

Le 4 janvier, des inconnus en uniforme militaire ougandais ont pris d’assaut la maison de Cyemayire à 20h seulement pour se rendre compte qu’il était absent. Ils ont obligé son fils à l’appeler, prétendant qu’il y avait un très gros problème qu’il devait résoudre.

“J’étais tellement inquiet. Malheureusement, ils n’ont pas permis à mon fils d’expliquer davantage, mais ils ont tout de suite coupé le téléphone », a déclaré M. Cyemayire.

“J’ai eu peur et j’ai demandé à mon voisin d’aller voir ce qui se passait.”

Quand le voisin a tendu la main à son domicile, les agents de CMI étaient partis, mais ils ont prévenu qu’ils reviendraient.

Il a été informé qu’ils ont essayé de casser la porte de la chambre de Cyemayire mais ils ont échoué.

Le fils a conseillé à son père de rester loin pour échapper à l’arrestation. Il a refusé en raison de sa confiance qu’il n’avait aucun mauvais dossier qui le mènerait en prison.

“Je suis rentré à la maison la nuit même et à peine 10 minutes après que j’aie atteint, les mêmes personnes ont refait surface”, raconte Cyemayire.

“Ils étaient deux hommes armés et l’un d’eux a appelé” Emma m’a appelé pour ouvrir la porte “à Luganda.

J’ai ouvert la porte et il est entré dans la maison pendant que son collègue restait dehors. ”

Les hommes ont confisqué le téléphone et le passeport de Cyemayire et lui ont dit de s’habiller rapidement et de les suivre. Il s’est conformé.

“Quand nous sommes sortis, l’un d’eux a attrapé ma main gauche et l’autre ma droite et nous sommes allés à leur voiture où trois autres agents de CMI m’attendaient, dont un que je rencontrais à Mbarara: un Major Mushambo.”

Les agents du CMI ont immédiatement couvert le visage de Rwemayire, l’ont mis dans leur voiture et se sont dirigés vers les casernes militaires de Makenke.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Sur le chemin de Makenke, le Maj Mushambo est allé l’interroger en lui demandant quand et comment il est arrivé en Ouganda et le but de ses déplacements entre le Rwanda et l’Ouganda alors qu’il vérifiait les cachets de son passeport.

Il lui a également demandé ses comptes bancaires et son solde.

“Quand nous sommes arrivés à la caserne, ils m’ont confiné dans une pièce isolée avec de l’eau stagnante jusqu’à 10 heures du matin quand ils m’ont emmené dans leurs bureaux pour un interrogatoire.”

À sa grande surprise, Cyemayire a trouvé deux pasteurs impliqués dans son cas.

Il a passé une autre journée en prison avant d’être transporté à Kampala pour d’autres interrogatoires.

“A Kampala, j’ai passé 8 jours avec toutes mes jambes et mes bras ligotés. J’ai été sévèrement battu avec CMI me demandant si je savais pourquoi ils me torturaient », raconte Cyemayire.

Sa réponse a toujours été qu’il ne savait pas pourquoi il subissait une telle torture.

Après avoir nié toute collaboration avec un militaire, en leur disant que sa famille n’avait aucune connaissance de l’armée rwandaise, ils lui ont demandé s’il connaissait quelqu’un appelé Pasteur Deo Nyirigira auquel il avait confessé ses connaissances.

“Il est mon pasteur”, leur dit Cyemayire.

“Ils m’ont demandé s’il y avait quelque chose de mal entre moi et lui et je leur ai dit que rien de mal puisque je paye même bien mes offrandes.”

Plus tard, ils lui ont demandé s’il connaissait quelqu’un appelé Felix Mwizerwa et il a également admis qu’il le connaissait puisqu’il est le fils du pasteur Nyirigira.

Le pasteur Deo Nyirigira est le pasteur principal de l’église Agape à Mbarara.

Au début de ce mois, les médias locaux ont rapporté que c’était le cerveau qui avait orchestré l’arrestation de Cyemayire et utilisé son église pour recruter des milices de RNC qui se liguent contre le gouvernement du Rwanda.

Pendant l’interrogatoire, Cyemayire a déclaré qu’il avait également été forcé de révéler des personnes avec lesquelles il collaborait à l’ambassade du Rwanda à Kampala et il a nié avoir eu des contacts là-bas.

Le jour suivant, il a de nouveau été interrogé de 9 heures à 18 heures sur son identité, son éducation, ses proches et ses connaissances au Rwanda et leurs contacts.

A Kampala, on lui a demandé pourquoi il vivait en Ouganda et il leur a expliqué qu’il y était allé pour affaires et qu’il le faisait légalement puisqu’il avait un permis de commerce.

“Ils ont continué à me demander pourquoi je voyage fréquemment au Rwanda et c’était le plus gros problème depuis qu’ils vérifiaient mon passeport”, a-t-il dit.

Apparemment, Cyemayire a une famille nombreuse au Rwanda, y compris sa mère qui est très âgée.

“Nous allons vous libérer à tout moment, mais la dernière décision de vous libérer viendra de notre patron! Soyez patient et attendez », lui ont dit les agents de CMI.

Cyemayire devient le 7ème Rwandais à être expulsé de l’Ouganda d’affilée.

 

Abonnez-vous à BWIZA TV pour recevoir des nouvelles et des mises à jour de chansons

Related posts

RDC : Kinshasa choisi pour déterminer le site de l’inhumation du feu Etienne Tshisekedi

mecky kayi

Président Nkurunziza a signé la révocation de 11 officiers de la police national

Itangishatse Theoneste

Burundi : La police a tiré sur un jeune garçon en marge d’un déplacement de Denise Nkurunziza

mecky kayi

Leave a Comment