Reporters sans frontières (RSF)  publie le 26 avril 2017, l’indice mondial de la liberté de presse 2017, classant le au Burundi après le Rwanda. Il qualifie les média rwandais, 159 ème position, de la censure omniprésente et l’autocensure, pour signifier que la censure est partout. Pour le Burundi, liberté médiatique est inexistante, à la 160 ème.

Malgré une nouvelle loi sur les médias en 2010 et des efforts pour développer la connectivité d’Internet à travers le pays, la censure et l’autocensure sont omniprésentes au Rwanda. Le spectre du génocide de 1994 permet encore de taxer les médias critiques du gouvernement de « divisionnistes ».

Le rapport ne mentionne pas la loi sur l’accès à l’information de 2013 et la création de la Commission des médias du Rwanda, un organe d’autorégulation.

Le rapport continue, En 2015, les émissions de la BBC en langue kinyarwanda ont été suspendues, après que la chaîne a diffusé à la télévision un documentaire évoquant les décès provoqués par l’avancée militaire du FPR (Front patriotique rwandais, parti aujourd’hui au pouvoir) sur Kigali.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Ces dernières années, moins de violations ont été recensées contre les journalistes mais cela s’explique par le fait que la plupart de ceux qui étaient critiques du régime ont fui le pays, ou s’autocensurent.

L’élection présidentielle qui se profile en août 2017, et à laquelle se représente Paul Kagame – grâce à une modification constitutionnelle –, pourrait bien être le théâtre de tensions avec la presse.
Au Burundi, la situation s’aggrave depuis la tentative de coup d’État de mai 2015. L’essentiel des radios indépendantes demeurent fermées alors que de nouveaux médias de propagande gouvernementale voient le jour.

Selon RSF, les journalistes burundais peinent à travailler librement et sont régulièrement harcelés par les forces de sécurité, encouragées par un discours public qui associe les médias non alignés à des ennemis de la nation.

La disparition, en juillet 2016, du journaliste Jean Bigirimana d’Iwacu presse n’a toujours pas été élucidée. Les autorités n’hésitent pas à convoquer les directeurs de rédaction pour « corriger »

Des dizaines de journalistes se trouvent aujourd’hui contraints à l’exil dont une centaine au Rwanda, et certains sont accusés d’être des « putschistes », se trouvent encore sous le coup de poursuites pénales.

Les réseaux sociaux, à la fois outils de travail des journalistes et sources d’informations, ont pris le relais des radios muselées, sans pour autant être un rempart contre les tentatives, nombreuses, de désinformation.

Les responsables des média rwandais ne sont pas d’accord avec les allégations, car aucune plainte des journalistes n’a été reçue. Emmanuel Mugisha, secrétaire exécutif de RMC (Organe  d’autorégulation du média au Rwanda) dit a Bwiza.com. “Le rapport est faux, ce sont des mensonges, parmi les plaintes que nous avons reçues, aucun journaliste n’a accusé son éditeur ou quiconque d’avoir influencé sa publication avec des faits à l’appui. Les journalistes sont libres de publier la vérité avec des faits, personne ne peut les empêcher comme l’indique le rapport “, dit-il.

Cependant, le gouvernement rwandais mène un travaille dur pour former des journalistes professionnels, qui ne peuvent pas dévier l’audience vers  des moments obscures  de divisionnisme comme ceux de 1994.

Un journaliste d’aujourd’hui, est un bon citoyen, avec une moralité positive, de valeurs telles que le patriotisme, l’impartialité et le rétablissement de la paix. Et d’ailleurs, le rapport sort, au moment où 160 journalistes terminent une séance de formation “Itorero”, sur l’éducation civique. Avec la première phase d’Impamyabigwi, le pays compte environ 280 journalistes civiquement formes.

Selon le rapport de RSF, la Norvège est à la tête, suivi de Suède, Finlande, Danemark, Pays bas, Costa Rica, Suisse, Jamaïque, Belgique et Islande ;  tandis que la lanterne rouge est  la Corée du Nord(180eme) d’une situation très grave.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Abdou Nyampeta

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina