kwamama 6

Nord-Kivu: des morts dans des affrontements entre les populations à Nyanzale

Des personnes sont mortes dans la nuit de samedi à dimanche 28 février, lors des affrontements entre les déplacés et les villageois à Nyanzale dans le territoire de Rusthuru au Nord-Kivu.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Des sources locales indiquent que tout a commencé lorsqu’un corps d’un jeune du camp des déplacés tué dans son champ a été ramené par d’autres en début de soirée. Ces jeunes déplacés ont accusé les villageois de Nyanzale d’être à la base de sa mort et ont opté pour la vengeance.

Les membres d'une meme famille suivent le passage du cortège des autorités de la province du sud kivu, lors du premier visite officielle du gouverneur de la province à Rutwuru après le conflie Ph John Bompengo/ Radio Okapi
Les membres d’une meme famille suivent le passage du cortège des autorités de la province du sud kivu, lors du premier visite officielle du gouverneur de la province à Rutwuru après le conflict

Ils ont à leur tour tué quatre villageois de Nyanzale, un village situé dans la zone de Bwalanda, en chefferie de Bwito.

Des sources proches de l’administration du territoire parlent aussi d’une quarantaine de maisons incendiées pendant que certains habitants ont trouvé refuge à la base de la Monusco.

Les militaires de la RDC qui sont en opération Sokola 2 dans cette zone, ont dû tirer en l’air pour disperser les gens durant toute la nuit.

Jusqu’ au petit matin de ce dimanche, les FARDC ont mis la main sur une dizaine de personnes présumées auteurs de ces incendies à Nyanzale, selon des sources militaires.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Les corps des victimes sont gardés par leurs familles respectives et aucune autorité locale ne s’est prononcée au sujet de l’enterrement de ces personnes.

L’ONG Club Nyirangongo appelle à l’ouverture des enquêtes indépendantes pour déterminer les responsabilités, après le décès des personnes à la suite des accrochages entre les déplacés et les villageois à Nyanzale, en territoire de Rusthuru (Nord-Kivu).

Le secrétaire général de cette structure, Me Innocent Segihobe a lancé cet appel, dimanche 28 février.

«Nous demandons à ce qu’il y ait des enquêtes justes. Ce qui se passe à Nyanale, c’est la suite des atrocités que nous connaissons tous depuis novembre de l’année passée à Lubero et Walikale. On a massacré des gens, on a tué à la machette, on a égorgé à Buleusa et à Miriki», a-t-il indiqué.

Il a également accusé certains leaders politiques de Rutshuru de tirer des ficelles pour entretenir des conflits entre communautés de cette partie du Nord-Kivu.

[xyz-ihs snippet=”google”]

«Certains [leaders politiques] sont mêmes passés aux médias pour appeler à la haine. Nous demandons à ce que l’Etat se saisisse de ces gens-là et les mettent hors d’état de nuire pour que des communautés vivent dans la paix. C’est curieux qu’il y ait des communautés qui se bagarrent alors que depuis les années 60, elles ont vécu ensemble dans le Lubero et Walikale», a poursuivi Me Innocent Segihobe.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Alphonse Munyankindi / Bwiza.com

kwamama4

Les commentaires sont fermés.