kwamama 6

Nyabihu: Salut au site« Irembo », mais la qualité est un processus

0

Le vice maire chargé des finances et du développement économique dans le district de Nyabihu, Antoine Mugwiza explique que l’amélioration des services donnés à travers le site Irembo requiert un long processus. Il declare ainsi, en réaction aux lamentations de la population accusant certains dirigeants de lenteur dans l’octroi des services.

 Ils sont nombreux à porter aux nues les efforts de leurs dirigeants dans l’octroi des services rapides et qualitatifs.  « Nous n’avons plus à faire queue devant les bureaux », dit un vieux homme, assis devant un agent de Irembo, dans un bureau très exigu, inadéquat, compte tenu du matériel disponible. « Ehh ! Tout se fait presqu’à la maison ! », Acquiesce une jeune femme, en secouant sa tête de bas en haut !

A cote d’elle, un groupe de cinq ou sept hommes commencent à faire des comparaisons gratuites. « Depuis notre naissance, nous avons vécu ici, dans cette région présidentielle, mais nous n’avions jamais vu ce que nous voyons maintenant ! Vive la technologie chez nous ! », lancent-ils en rappelant qu’ils sont dans la région natale de l’ancien président Juvénal Habyarimana et en soulignant la facilité dont ils jouissent dans l’octroi des services grâce au développement des technologies de l’information et de la communication. Ils sont tous dans un centre de négoce de Gasiza dans le secteur de Rambura.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Dans une longue conversation de «  brouahhaha » dans laquelle ils sont provoqués par le journaliste, ces gens ne mâchent pas les mots. Ils applaudissent aux avantages de recevoir, en ligne, les services d’état, comme les attestations de célibat ou de mariage, de naissance, les extraits du casier judiciaire, les mutations des certificats de propriété, etc. Ils établissent des listes des dirigeants locaux qui donnent des services de qualité et,  n’hésitent pas à citer quelques noms des  contrevenants.

Ces derniers sont accusés de ne pas être à la hauteur du développement des technologies de l’information et de la communication. « Quand l’on a bien fait sa déclaration en ligne, il fallait qu’on aille au bureau de secteur ou autre instance compétente, ne fut ce que, pour retirer le document ! », critique Sibomana Emmanuel qui suggère qu’il y ait assez des formations pour ces agents d’état qui ne savent encore donner des services par « Irembo ». « Ceux-là nous font trainer car il est des fois ou nous sommes obligé de recommencer le travail de déclaration », chuchotent ces voisins.

Leurs inquiétudes,  préoccupations des autorités

Aux inquiétudes de ces habitants, les dirigeants s’inclinent en indiquant qu’il est toujours question de progression. Dans sa langue locale, Le vice Maire Antoine Mugwiza dit « Umwana ntavuka none ngo ahite yuzura ingobyi !( un enfant né hier, ne peut pas marcher aujourd’hui !)  ou Pour ainsi dire, Paris ne s’est pas construit en une journee. Il explique que le système est en reconstruction, qu’il y a encore des informations à rendre disponible pour que le citoyen rwandais jouisse de service rapide et qualitatif. « Nous voulons arriver à un niveau ou chaque personne qui demande un service en ligne, le reçoit par le même canal. », promet-il. Cependant, il ne manque pas d’indiquer quelques méandres comme l’insuffisance de connexion dans quelques endroits à cause du relief du pays. En plus, la pression de certains concitoyens qui veulent recevoir directement tous les services demandés en ligne, alors que les dirigeants qui doivent les livrer, après vérification, ont d’autres tâches.

Rwanda Online, qui gère le site Irembo dit qu’il est au courant de toutes les difficultés et que les solutions sont en cours. Il a donné des formations aux  agents de l’état, dont au moins une personne au niveau de chaque district, qui peut entrer dans le système d’Irembo et vérifier tous les paiements effectués. Ceci pour éviter certains agents qui trainer à donner des services sous prétexte du manque de bordereau de paiement.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Jean Baptiste Karegeya/Bwiza.com

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.