La presse ougandaise révèle ces derniers temps, les relations étroites entre hommes critiques du pouvoir de Kigali et l’Ouganda. Kayumba Nyamwasa y voyage souvent, Tribert Rujugiro y investit, les français exploitent le pétrole et entraine l’armée, selon Chimpreports et Spyreports.

Rujugiro a investit 20 millions de dollars au nord

Tribert Ayabatwa Rujugiro, le milliardaire rwandais dont l’immeuble UTC a été  vendu aux ancheres en Septembre, a récemment étendu son empreinte en Ouganda. Sa renommée du tabac est aussi ressenti dans l’est de la RDC et en Zambie.

Il a lancé ce qu’il a décrit comme un «investissement de développement du tabac de 20 millions de dollars» à Arua, dans le nord de l’Ouganda.

L’usine de la Meridian Tobacco Company (MTC) a été ouverte en même temps que son programme de développement agricole et l’amélioration des cultures vivrières et forestières.

Par contre, Kigali dit que Rujugiro finance le Rwanda National Congress (RNC), un parti d’opposition basé dans la diaspora et dirigé par l’ancien général Kayumba Nyamwasa. Mais pourquoi l’Ouganda risquerait-il ses liens forts et son commerce transfrontalier avec le Rwanda d’une valeur de 200 millions de dollars (annuellement) en permettant à Rujugiro de développer son activité?

Les autorités ougandaises ont déclaré que le Rwanda ne présentait pas de preuves montrant que Rujugiro, qui vit en exil à Dubaï, utilisait l’Ouganda pour déstabiliser son pays d’origine.

“Rujugiro fait des affaires ici depuis plus de 20 ans. Nous sommes toujours à la recherche d’investisseurs. Le poursuivons-nous simplement parce qu’il s’oppose au gouvernement rwandais? »Se demandait un haut fonctionnaire du gouvernement ougandais, selon Chimpreports.

Gen Kayumba Nyamwasa, intime du ministre Tumukunde

Henry Tumukunde, ministre ougandais de sécurité est dit d’échanger les coups de téléphone avec Nyamwasa.

Les efforts de presse ont été vains, pour savoir la vérité, mais les sources continuent à affirmer les voyages de Nyamwasa a Kampala.

Selon Spyreports, de nouvelles pistes montrent que la mort  AIGP Kaweesi a un lien avec Kayumba Nyamwasa. Kaweesi avait eu une mission de tuer Nyamwasa a Kampala, il l’a échouée, mais l’information a été connue.

« Kaweesi aurait reçu trop d’argent , mais a eu peur d’exécuter seul la mission, sans impliquer d’autres hauts responsables de la sécurité pour le soutenir afin que la mission réussisse. Il a raconté l’épreuve au président Museveni, qui le a conseillé de ne pas s’impliquer dans un tel sale marché,  Kaweesi abandonné ».

Il est également rapporté que le général Nyamwasa, continue Spyreports,  entretient des liens étroits avec le président Museveni et que l’on prétend qu’il se faufile parfois à Kampala, qu’il tient des réunions avec ses contacts et qu’il s’envole où il séjourne dans un centre militaire.

Les relations avec la France

Pire encore, les Rwandais ne sont pas à l’aise avec la coopération de l’Ouganda et de la France. Pendant la guerre du FPR, la France soutenait l’armée rwandaise(FAR).

Les Français fournissaient au gouvernement Habyarimana un vaste soutien militaire et diplomatique, y compris une intervention militaire pour sauver le gouvernement lors d’une offensive menée par le Front patriotique rwandais (FPR). Mais le FPR est sorti victorieux contre toute attente, laissant les Français dans l’embarras.

Le président Kagame a attaqué à plusieurs reprises la France en public pour avoir sapé son gouvernement et hébergé des génocidaires.

Mais, les instructeurs  français aujourd’hui entrainent une unité spécialisée de combattants de montagnes de l’UPDF, ce qui constitue aussi une suspicion.

En avril 2016, le gouvernement de l’Ouganda a décidé d’exporter le pétrole du lac Albert par un pipeline (EACOP) via la Tanzanie vers le port de Tanga. Et en août 2016, les licences de production pour EA1 et EA2 ont été officiellement accordées à Total, coté à la Bourse de Paris. Par après, Total  conclut un accord avec Tullow pour acquérir une participation additionnelle de 21,57% dans le projet pétrolier Uganda Lake Albert, ce qui lui confère une participation majoritaire de 54,9%.

Total a également des opérations en aval considérables en Ouganda, exploitant plus de 150 stations-service à travers le pays.

Par ailleurs, le climat reste calmement tendu entre les deux pays frères et amis de lutte. “Ce sont des questions qui peuvent facilement être résolues per un simple sommet entre dirigeants et techniciens des deux pays”, a déclaré un diplomate, soulignant: “Il n’est pas trop tard pour sauver la situation”.

click here to receive the updated news on facebook on twitter

Gaston Rwaka@Bwiza.com

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina