L’ambassade Ougandaise à Istanbul vient d’annoncer qu’un certain nombre de filles ougandaises vivant en Turquie auraient été expulsées après avoir été arrêtées et détenues pour avoir participé à la prostitution dans les rues pendant la journée, ce qui est illégal dans un pays étranger.

Chimpreports a appris que jusqu’à présent, sept d’entre elles ont été déportées sur les 20 filles qui ont été arrêtées lors d’un raid mené par des agents de sécurité à Istanbul.

Les filles sans papiers auraient été arrêtées pour avoir désobéi à des lois qui réglementent la prostitution en échangeant leurs corps dans les rues pendant la journée, au vu du publique.

En Turquie, la prostitution est légale mais  gérée par le gouvernement. Selon les lois du pays, tout étranger qui veut se livrer dans cette entreprise doit être autorisé par le gouvernement.

“Les autorités ont pas mal de fois averti les filles de ne pas travailler pendant la journée dans les rues, mais elles n’ont pas pu écouter, elles ont ensuite été arrêtés et détenus “, a déclaré une source.

Selon la source, les personnes séropositives ont été immédiatement expulsées et les autres sont toujours en détention, où ils doivent purger une peine de trois mois et être expulsés par la suite.

“Nous avons visité les filles dans la prison et la plupart d’entre elles avaient peur parce qu’elles étaient entrées illégalement dans le pays”, a ajouté la source.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Lorsqu’elle a été contactée, l’ambassadeur adjoint de l’Ouganda en Turquie, Moses Kagodo Kagoro, nous a dit que l’ambassade s’intéresserait à la question.

“Le problème que nous avons en Turquie aujourd’hui est que la plupart des Ougandais, hommes et femmes, n’ont pas les documents appropriés. La plupart d’entre eux travaillent sans permis de séjour ou permis de travail, mais beaucoup d’entre eux sont restés de ce côté pendant plus de trois ans “, a expliqué l’ambassadeur.

“Nous avons négocié pour que ces Ougandais reçoivent des documents mais le mieux que nous pouvions faire était de convaincre le gouvernement hôte de laisser tout Ougandais qui a dépassé son visa retourner à Kampala, demander à nouveau un visa, revenir ici et dans une période d’une semaine, il peut être enregistré pour obtenir un permis de travail “, a déclaré Mubiru.

Kagoro a noté que la plupart des Ougandais vivent dans la municipalité de la Turquie dans la province d’Istanbul, un quartier abordable pour eux. “Ce quartier a des maisons à faible coût, et c’est la où nos Ougandais peuvent se permettre de rester. La zone est dans le centre-ville où il y a des industries dans lesquelles la plupart des Ougandais travaillent “, a-t-il dit, ajoutant que l’ambassade est à 450 km de cette zone (à Ankara). “Nous n’avons pas de consulat à Istanbul. Quand on apprend assez tôt qu’un Ougandais a été arrêté, on se rend dans cet établissement de détention et négocier leur libération; mais, quand l’information nous arrive tard, on n’a pas de solution ».

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter 

Jean Baptiste Karegeya

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina