kwamama 6

“Problèmes de civilisation pour l’Afrique”, Macron affirme, Kagame dit « non »

0

Le discours de Kagame hier, jour de sa prestation de serment au troisième mandat, servirait de réponse à celui du président français Macron, qui prétend que l’Afrique a été retenue par des problèmes «civilisationnels».

L’on ne penserait pas que ces présidents des pays amis avant 1994 disputent de l’existence de « Problèmes de civilisation ». France-Rwanda, peut être parleraient-ils du génocide contre les Tutsis : le Rwanda accuse la France le role et l’abri octroyé aux acteurs,  Kagame qui parle était à la tête d’une force qui l’a arrêté.

Lors du sommet du G20 il y a un mois, on a demandé au président français la possibilité de mettre en œuvre une politique comme le plan Marshall en Afrique. Macron repond, “Les problèmes auxquels l’Afrique est confrontée aujourd’hui sont complètement différents … et sont lies à la « civilisation », a-t-il déclaré au journaliste de la Côte d’Ivoire, ancienne colonie française.

“Quels sont les problèmes? Des États en échec, des transitions démocratiques complexes et des transitions démographiques extrêmement difficiles,  Des problèmes où la moyenne d’enfants par femme évolue à «sept ou huit enfants», ce qui entrave le développement dans les pays africains.

Cela a été critiqué et certains l’ont jugé «raciste». Pour bon nombre d’Africains, c’est un grand choc, comme « agiter un poignard au cœur ».

La «civilisation» arriva des Européens, lors de leur révolution industrielle, ils ont collecté des minerais et des bois de qualité vers l’Europe. Certains Africains sont des petits-enfants des anciens esclaves, qui travaillaient dans des mines, et des plantations (de thé, de café, de canne à sucre) à un salaire insignifiant, au contraire avec des coups violents.

Selon Kagame, “l’Afrique n’a pas de problèmes de civilisation, seulement des les atouts/patrimoines. Sans aucun doute “.

La cérémonie de prestation de serment, fut peut-être une occasion pour Kagame de mettre la lumière sur la notion de civilisation.

Il a dit: «A travers des siècles controverses, notre civilisation nous a sauves. Aujourd’hui, on se donne l’ambition, la compassion et la créativité. Sans exception, il y a infiniment plus de traits qui nous unissent, en tant qu’êtres humains, que ceux qui nous divisent.

Il est important pour les Rwandais et nos collègues africains de sentir les attaques contre nous sont réconfortants, l’essentiel est d’y réagir avec clarté  et conviction.

Surement qu’on en sera méprisé, peu importe. On pourra faire ce qui est jugé bon pour nos peuples, les résultats seront  meilleurs et à un coût très minime.

Que ceux qui s’inquiètent de notre bien-être se mettent à l’aise. Nous sommes les meilleurs apprenants de nos propres erreurs. On a perdu assez de temps, et on vient de remarquer que les choses doivent changer, rien ne sera comme avant.

Il n’y a vraiment pas à se justifier contre tout effort de laisser l’Afrique divisée, comme si l’échange d’expériences interafricaines embêterait les anges gardiens, superviseurs adultes.

Il n’existe pas de modèle unique pour construire une nation. Le secret de tout succès et d’avoir de bons choix, basés sur un principe [non magique], « fais le toi-même ».

Voilà ce que nous avons fait au Rwanda, et ce dont tout pays à besoin, s’assoir ensemble pour élaborer le chemin vers l’avenir.

Dans ce cadre, le Rwanda, continue fermement à croire au véritable partenariat et une coopération avec des amis du monde entier, ce dont on a grandement profité  et apprécie encore profondément “.

La civilisation est l’ensemble des traits qui caractérisent l’état d’une société donnée, du point de vue technique, intellectuel, politique et moral, sans porter de jugement de valeur.

Ainsi, toute société a sa propre civilisation, qu’elle soit «primitive ou moderne», mais elle l’a, au sens chronologique, sans connotation péjorative.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Jean Baptiste Karegeya

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.