L’attente a pris fin en République démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi est vainqueur selon la commission électorale. Ses rivaux, ses supporteurs, la communauté internationale; tous manifestent leurs humeurs vis à vis de sa victoire. (propos receuillis sur terrain par RFI, réorganisés par Bwiza.com)

Il fait grande nuit au siège de la Commission électorale nationale indépendante(CENI). Les journalistes y ont fait des heures, ils étaient déjà prêts.Le président de la Céni, Corneille Nangaa, et son bureau ont commencé d’abord par une partie des résultats des élections législatives provinciales, avant de donner par ordre alphabétique les résultats pour la présidentielle.

Quand est arrivé le nom du vainqueur, certains journalistes n’ont pas hésité à crier dans la salle. Cinq minutes plus tard, quelques jeunes autour du bâtiment de la Céni n’ont pas hésité également à s’approcher des policiers déployés sur place pour exprimer leur joie, par des cris, des chants et des danses.

Félix Thisekedi, une victoire dans l’ombre du père 

Félix Tshisekedi s’est exprimé rapidement après l’annonce de sa victoire. “Aujourd’hui, je suis heureux, heureux d’abord pour vous, pour vous base, et à travers vous je suis heureux pour le peuple congolais parce que ce processus électoral, tout le monde, il n’y avait personne en tout cas qui pouvait penser qu’il allait se dérouler dans le calme, dans la paix. Tout le monde pensait qu’on allait arriver à l’affrontement, aux violences, à l’effusion de sang. Personne ne pouvait imaginer un tel scénario et surtout, un scénario au cours duquel un candidat de l’opposition allait sortir victorieux”.

Vital Kamerhe, “du père au fils comme Moïse et Josué”

Le fils du défunt opposant radical de longues dates, Tshisekedi (38,57%)s’impose devant l’autre opposant Martin Fayulu(34,83%) et le candidat du pouvoir, Emmanuel Shadary(23,84%). 

Vital Kamerhe se félicite de cette victoire et commence à contempler la bible. « Je me suis effacé au profit de Félix Tshisekedi par amour pour notre pays et pour honorer la mémoire d’Etienne Tshisekedi. Aujourd’hui, son fils va terminer le combat que le père avait commencé. C’est comme Moïse et Josué. Nous allons voir une vraie passation de pouvoirs, où le sortant va remettre le symbole du pouvoir à l’entrant. Et que la victoire, non seulement de l’opposition, mais de l’ensemble du peuple congolais. Je salue en passant Martin Fayulu que je respecte beaucoup. Et je considère qu’il est en droit de contester les élections. Je mesure son amertume, il a fait un bon score, je le félicite en passant. C’est ça  la démocratie. Et je crois que le peuple congolais aujourd’hui a tous les droits et les raisons de fêter ».

Vital Kamerhe revient aussi sur la coupure de RFI en RDC, ce qu’il condamne une nouvelle fois et estime que la question de la primature n’est pas à l’ordre du jour. Toutefois, nie les accusations de Martin Fayulu. Il dément qu’il y a eu des négociations avec le pouvoir en place : « Il n’y a pas eu d’accord entre Cash et FCC ».

Vital Kamerhe promet  la réouverture de l’antenne de RFI en RDC, à libération des prisonniers dont Eugène Diomi Ndongala ou encore au retour des exilés dont Moïse Katumbi. Par contre, sur éventuelles poursuites contre Joseph Kabila, il prône la réconciliation.

Mais Toto Mabiku, conseiller de Félix Tshisekedi, dit que le résultat de son candidat est inférieur de leurs projections, bien que la plateforme politique accepte quand même les résultats de la Céni.

L’ONU et l’Union africaine

L’ONU dit prendre note de ces resultants. Son ptron Antonio Guterres, appelle aussi à « s’abstenir de toute violence ».

L’Union africaine sur l’antenne de RFI déclare, « ….Moussa Faki Mahamat, le président Moussa Faki Mahamat félicite surtout le peuple et autres acteurs politiques, la société civile et les institutions compétentes de la République pour la tenue ces élections dans des conditions jugées satisfaisantes par la Mission d’observation électorale de l’UA qui était dirigée par le président Dioncounda Traoré. Le président de la Commission souligne aussi la nécessité pour tous les acteurs concernés d’agir de façon à consolider la démocratie et préserver la paix dans le pays. Et c’est dans ce contexte qu’il est important que toutes contestations des résultats proclamés, notamment celles portant sur leur non-conformité avec la vérité des urnes, se fassent pacifiquement et par des recours de procédure prévus par les textes en vigueur dans le pays, et surtout par le dialogue politique ».

Cepandant, Martin Fayulu dénonce ses résultats et évoque un « hold-up » electoral, tandis que la France met en doute le résultat de cette election du 30 decembre 2018; comme la Cenco affirme que les résultats ne correspondent pas à leurs observations.

La Conférence épiscopale des évêques de RDC (Cenco)

Celle-ci  affirme que ses observations ne correspondent pas aux résultats officiels de la présidentielle. L’Eglise catholique prend tout de même acte de la publication des résultats qui « ouvre la voie à une alternance au sommet de l’Etat ». Propos soutenus par Bienvenu Matumo, représentant de la Lucha : « Nous en tant que mouvement citoyen, nous allons nous en tenir à la réalité que va donner la Cenco ».

La semaine dernière, après l’annonce du report des résultats de la présidentielle, la Conférence épiscopale avait dit ouvertement qu’elle avait le nom du président élu et qu’elle attendait que la Céni proclame les vrais résultats de cette présidentielle. L’Eglise catholique a la plus grosse mission d’observation électorale du pays, elle est la mieux financée, la mieux formée et équipée. Ces propos avaient provoqué la colère du président Joseph Kabila, colère également du FCC sa plateforme électorale ainsi que celle de la Commission et même des critiques acerbes de membres de la coalition Cach qui soutient le président Félix Tshisekedi. Selon plusieurs sources diplomatiques, les évêques donnaient Martin Fayulu très largement gagnant de cette présidentielle. La Cenco disait, en plus de son échantillon représentatif, avoir compilé plus de 50 000 bureaux de vote sur les 70 000.

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères

Il déclare que les résultats annoncés de la présidentielle en RDC ne semblent «  … il semble bien que les résultats proclamés –Félix  Tshisekedi déclaré vainqueur-  ne soient pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là… Je pense qu’il faut d’abord qu’on garde son calme, qu’on évite les affrontements, et puis que la clarté soit faite sur ces résultats qui sont inverses à ceux qu’on imaginait parce que monsieur Fayulu était a priori le leader sortant. La France agit parce qu’elle est membre du Conseil de sécurité. …elle souhaite que le calme revienne, que la sérénité soit présente dans ce pays, et que les chefs d’Etat africains et les organisations africaines puissent agir pour que les résultats soient les vrais résultats des élections ».

Didier Reynders, le chef de la diplomatie belge

La Belgique quant à elle reste prudente concernant les résultats. « Il y a eu énormément de critiques, des annonces, notamment par la Conférence épiscopale, qu’il y avait manifestement un candidat qui se détachait mais jusqu’à présent, nous n’avons pas eu de communication de ces différents observateurs donc je reste très prudent pour l’instant, et dans les deux sens. ….Les élections ont été retardées de deux ans, beaucoup de candidats n’ont pas pu se présenter, des électeurs n’ont pas pu voter, le processus de dépouillement s’est fait dans une fermeture de l’espace public et de la communication, nous n’avons pas eu d’observateurs internationaux donc je ne peux pas me prononcer au nom de la Belgique ou de l’Union européenne. Nous avons un certain nombre de doutes que nous devons vérifier et qui feront l’objet de débats ces prochains jours au Conseil de sécurité », a déclaré Didier Reynders, le chef de la diplomatie belge.

L’Afrique du Sud, dans un communiqué, le président Ramaphosa prend simplement note des résultats et félicite tous les acteurs de ses élections pour leur bon déroulement.

Lambert Mende, “Le Congo ne fait pas partie de la France ».

Le porte-parole du candidat du pouvoir, Mende répond aux propos du ministre français Le Drian concernant ses doutes sur les résultats de l’élection. « Quel que soit ce qui pourra sortir des délibérations de la Cour constitutionnelle que les uns et les autres vont pouvoir saisir, je réprouve totalement le fait qu’un dignitaire étranger se permette de tels propos. C’est un cas type d’interférence que nous récusons formellement au niveau du Front commun pour le Congo, même si cela aurait pu être fait en notre faveur. Nous n’acceptons pas d’interférence extérieure. Nous n’avons pas fait des sacrifices pour financer ces élections tous seuls pour pouvoir les supporter. Je pense que c’est très présomptueux de sa part. Le Congo ne fait pas partie de la France ».

Toujours à RFI, Lambert Mende dit prendre note des résultats et se dit surpris par le chiffre d’Emmanuel Shadary. Il dit aussi ne pas savoir si le FCC déposera un recours.

Martin Fayulu, candidat malheureux

Il revient sur les propos du ministre français mettant en doute les résultats : « La France fait partie de la communauté internationale et pour nous, il n’y a aucune ingérence. Nous sommes d’accord et nous demandons aux autres pays d’emboiter le pas à la France ».

Pour Martin Fayulu, cette élection est « une honte ». « On a demandé les résultats bureau par bureau ». « Ces gens-là n’ont aucune compétence pour gérer le Congo ».

En plus, Fayulu nie toute rencontre avec le président sortant, Joseph Kabila.

Olivier Kamitatu, résultats trafiqués, fabriqués, …

Le porte-parole de Fayulu confie , « Le peuple ne se laissera pas confisquer cette victoire », RFI lui demande si sa formation politique va appeler à manifester. « Ces résultats sont trafiqués, fabriqués. Nous voulons la vérité. Avec les machines à voter, des clés USB ont été trafiquées ».

Le candidat du pouvoir se calme

Me Aimé Kilolo, le porte-parole d’Emmanuel Ramazani Shadary, estime que ce sont « des élections libres et démocratiques ». « On va pouvoir assister à un transfert historique du pouvoir ». Il met aussi en avant l’action du président sortant, Joseph Kabila, dont le nom « est dans les lettres de noblesse de la démocratie ».

Selon Kodjo Dukuma, le FCC est surpris du score de Shadary, mais prend note du résultat.

Alain-Joseph Lomandja, analyste électoral indépendant, « note que le rejet du candidat du pouvoir à la présidentielle ne se traduit pas dans ceux des provinciales ».

Par ailleurs, les pays voisins, surtout des grands lacs se réservent toujours face à la situation en RDC. Le plus récent  rapport de l’onu en RDC  venait de la décrire  comme abris à différents groupes armés qui veillent pour perturber ces pays.

ACHA JIBU

Tanga igitekerezo
Andika amazina