kwamama 6

RDC: l’opposition appelle à une marche de protestation

Le G7, la Dynamique de l’opposition, l’Alternance pour la République et le Front citoyen 2016 appellent à une marche de protestation sur toute l’étendue du territoire de la RDC pour réclamer notamment la publication du calendrier électoral et la tenue des élections dans le délai constitutionnel.

« Le G7 et l’Alternance appellent tous les compatriotes à participer massivement à la marche de protestation que l’opposition et le Front citoyen 2016 organiseront le 26 mai en cours sur toute l’étendue de la République et dans toutes les grandes villes du monde où se trouve la communauté congolaise pour réclamer la publication urgente du calendrier électoral par la commission électorale nationale indépendante », a déclaré le députe national Franck Diongo, membre de l’Alternance pour la République.

[xyz-ihs snippet=”google”]

L’année passée, la commission électorale avait publié un calendrier électoral fixant l’élection présidentielle au 27 novembre 2016. Mais les élections prévues avant cette date comme le scrutin local et municipal n’ont pas été organisées. La commission électorale avait annoncé la publication d’un nouveau calendrier qui n’est pas encore publié. Le deuxième et dernier mandat de l’actuel chef de l’Etat Joseph Kabila s’achève en décembre prochain. L’opposition le soupçonne de vouloir se maintenir au pouvoir au-delà de ce délai.

Au sujet de l’organisation de la marche du 26 mai, Franck Diongo indique que les organisateurs vont se contenter d’informer les autorités de sa tenue. « Nous n’avons pas à demander l’autorisation pour manifester. Qu’ils répondent par oui ou par non, le peuple souverain va agir pour réclamer le calendrier électoral, le respect de la constitution et les élections dans le délai constitutionnel », affirme-t-il.

Interrogé par Radio congolaise Okapi, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, fait savoir que l’organisation d’une marche doit être coordonnée avec les autorités.

Le porte-parole de la police, colonel Mwana Mputu, indique notamment que les organisateurs d’une marche doivent discuter notamment de l’itinéraire avec les autorités avant la tenue de la manifestation. « L’organisateur doit, en principe, écrire à l’autorité politico-administrative. Et l’autorité va le convoquer pour qu’ensemble, ils puissent étudier les différents itinéraires à prendre afin que l’autorité politico-administrative puisse donner des instructions formelles à la police d’encadrer les manifestants jusqu’au point de chute », explique-t-il.

[xyz-ihs snippet=”google”]

Si les autorités et les organisateurs ne discutent pas préalablement de l’itinéraire, fait savoir le colonel Mwana Mputu, « la police ne permettrait pas qu’on vienne perturber l’ordre public sur la chaussée ».

Cet appel à la protestation arrive après une lettre ouverte que Les coordinations de la société civile du Nord-Kivu ont adressée au chef de l’Etat Joseph Kabila sur les massacres des civils dans cette province de l’Est de la RDC.

Selon le président de la société civile de Beni, Teddy Kataliko, plus de 1 000 personnes ont été tuées dans ces trois territoires depuis le mois d’octobre 2014.

« Après analyse, notre constat a été que le contexte est vraiment précaire : plus de 1116 personnes tuées en espace d’une année et demi, à partir du 2 octobre. Plus de 1470 personnes kidnappées, plus de 1000 maisons incendiées et beaucoup de déplacés de guerre de Miriki à Eringeti », détaille-t-il.

La société civile de Beni, Butembo et Lubero demande au président de la République « d’assumer son pouvoir régalien comme Commandant suprême des forces armées de la République ».

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

Eric NININAHAZWE@bwiza.com

 

kwamama4

Les commentaires sont fermés.