Dans les hôtels à différentes étoiles, sur les plages du lac Kivu, les langues Swahili et Lingala se parlent souvent les weekends. Ils sont congolais de Goma qui fêtent les anniversaires, célèbrent les graduations, réunions de mariage et autres. Sur les terrains de Nengo et Mbugangari, les agents de la Monusco et jeunes congolais jouent au foot.

Dimanche 26 novembre, Fabiola et Faida fêtent leurs anniversaires au club Tam Tam de Gisenyi. Elles sont avec les amies de l’ISTM(Institut Supérieur de Technique Médicale) Goma, comme la robuste Sylvie et la belle Grace Juliola. A cette occasion, les jeunes rwandais en profitent pour apprendre à faire bouger les hanches dans la danse Lumba  et quelques mots du Lingala.

Dans les parkings de Gisenyi, les matricules congolais occupent grande place du charroie à bord, Gisenyi est en effet un lieu d’épanouissement des amis de l’autre rive du Kivu.

Quand la sécurité fait avancer les affaires !

Coup de chapeau à la sécurité sur le territoire rwandais, comme l’exprime Grace Juliola. « Au fait ici on n’est pas dérangé, à la frontière on est entrée comme à la maison, au Tam tam on est bien. Personne ne nous embête ».

De l’autre côté de la route, la Monusco et les jeunes congolais jouent au foot avec les petits brésiliens de Gisenyi, sur le terrain de Nengo, et même chose à Mbugangari ; voisin de la petite barrière.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

La propriétaire et gestionnaire du club Tam tam, madame Milly Kabookya, elle aussi qui avait un resto dans le parlement ougandais il y a deux ans, confie à Bwiza.com que les congolais sont plus nombreux que les rwandais parmi ses clients, surtout pendant les weekends. « Mes amis congolais aiment nos services, la plages, un poisson bien préparé ; mais en particulier ils sont attirés par la sécurité dans notre pays. Chez eux, on se bagarre dans les bars, les plages ne sont pas aménagées, donc ils sont gâtés ici. En plus, on a les Life guards(sauveteurs) pour ceux qui apprennent à nager sur le lac ».

Pour les amis du sport, Vision Jeunesse Nouvelle a mis à la disposition des joueurs les terrains de foot non loin de la frontière, dans le cadre de l’intégration régionale, à travers le projet d’éducation à la paix et la gestion des conflits. Jean Claude Twahirwa, chargé de l’éducation à la paix chez VJN, déclare que les mêmes terrains ont été construits par les jeunes de la région, pendant le camp. « Durant les deux semaines le travail des jeunes volontaires sur terrain a consisté principalement à l’enlèvement des pierres, laboure de terre, nivellement et remblayage du terrain, ainsi que le compactage. En effet, repartis en équipes sur terrain, les uns assuraient le déplacement de brouettes, et d’autres encore effectuaient l’égalisation du niveau du terrain », Jean Claude Twahirwa.

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter 

Jean Baptiste Karegeya

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina