kwamama 6

Rulindo: Une liste au cimetière pour venger les empoisonnés !

0

La population du secteur Murambi se fâche contre les gens qui empoisonnent les voisins, et s’est résolue d’élaborer une liste des futurs morts et la déposer au cimetière. Ils vont cocher chacun enterré,  jusqu’au dernier empoisonneur.

C’est en district de Rulindo au nord, dans les villages Gashubi et Ruhunga, cellule Bubangu. Ici, un billet de 5000 francs rwandais suffit pour emporter la vie de quelqu’un. Si les autorités locales ne réagissent pas contre les empoisonneurs, c’est le tour du Vendetta du peuple. Ceci ressort de la réunion regroupant les habitants de ces deux villages.

Selon le journal Makuruki.rw, un jeune venait de perdre vie par empoisonnement. Le présumé auteur est connu au nom de Siméon Ndabazi, qui aurait reçu un billet de 5000 Frws et deux kilos de haricots, des mains de Pascal qui ne voulait plus de ce jeune.

Et comme l’empoisonnement n’est pas vérifiable au Rwanda, les autorités n’y peuvent rien ; ce qui monte la colère des villageois pour se venger.

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Un témoin colérique confie à Makuruki.rw, « Nous nous sommes déterminés contre eux (empoisonneurs), nous les mettons sur une liste et la déposerons au cimetière. Chaque fois qu’il y ait mort par empoisonnement, les des auteurs sera aussi enterrée avec le regretté. On enregistre actuellement autour de huit prédateurs, même si ceux qui sont mort du poison dépassent une dizaine. Aa chaque enterrement, on aura à cocher la liste, jusqu’au dernier ».

Pour Emmanuel Sindambiwe, chef du village Gashubi présent dans la réunion, la population doit éviter de partager les boissons locales ; la principale occasion des empoisonneurs.

« Ils doivent douter de tout, chacun doit consommer seul sa boisson et rentrer. Le plus suspecté est Ndabazi, mais nous demandons à tous ceux qui s’engagent dans ce sale métier de renoncer. Ici c’est devenu monnaie courante », dit le chef du village.

Au début de cette année, une autre femme avait été accusée d’avoir mis du  poison dans la bouillie, et trois personnes y ont succombées.

Etienne Bisabana, est Secrétaire Exécutif de la cellule reconnait cette femme devant la justice. Mais, « une fois acquittée, elle a déménagé d’ici ».

Cliques ici pour recevoir le nouvau journal sur facebook sur twitter

kwamama4

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.