La Banque mondiale vient de classer le Rwanda comme champion africain après les Iles Maurice, en Doing Business édition 2018. Ce classement que la BM établit depuis quinze ans, mesure la qualité de l’environnement des affaires à travers le monde, et la performance de Kigali fait son entrée dans le top 50 cette fois ci.

Selon JA, parmi les critères selon lesquels 190 économies sont passées à la loupe, figure l’électrification, la facilité de création d’entreprise, la pression fiscale et la protection du droit à la propriété.

Le premier pays africain à apparaître dans ce classement est l’île Maurice, qui décroche la 25e place, suivi du Rwanda qui passe de la 56e à la 41e place, faisant sont entrée dans le top 50 mondial.

Même si cette progression n’est pas aussi spectaculaire que celles du Nigeria, du Malawi, de Djibouti et de la Zambie, qui figurent dans le top 10 des pays où le climat économique s’est le plus amélioré par rapport à l’année précédente selon les critères de Doing Business, elle consacre la politique volontariste menée dans le pays.

Et les résultats sont tangibles : le revenu moyen par habitant et par an est remonté à 700 dollars (environ 595 euros), après être tombé à 150 dollars en 1994, et même les ruraux, qui constituent 75 % de la population, ont vu leurs gains augmenter d’un tiers sur la même période.

Le Maroc reste sensiblement à la même place (il passe de la 69e à la 68e place), mais la Tunisie et l’Algérie, confrontées à la crise des hydrocarbures et où les finances publiques montrent des signes de faiblesse, cèdent respectivement 11 et 10 places pour passer en 88e et 166e position.

Un lien entre climat des affaires et pauvreté

Les économies les moins régulées sont celles où le taux de chômage est le plus fort. Doing Business a enregistré 264 réformes dans le secteur des affaires à travers le monde, dont 83 en Afrique subsaharienne.

Une performance saluée par les auteurs du rapport, qui nuancent toutefois : « Les économies des pays de l’OCDE se sont moins améliorées car leurs pratiques sont déjà globalement bonnes ».

[xyz-ihs snippet=”google-pub”]

Si ces derniers se refusent à donner un lien direct de cause à effet entre ces réformes et la situation de l’emploi dans les pays concernés, ils notent toutefois que les économies dans lesquelles les affaires sont le mieux régulées sont celles où sont créés le plus d’emplois, et qu’au contraire, les économies les moins régulées sont celles où le taux de chômage est le plus fort.

De même, ils notent une corrélation entre leurs résultats et l’index de Gini, qui mesure les inégalités de revenus : « Les économies où le climat des affaires est mauvais sont celles où les inégalités sont les plus fortes ».

En Afrique, les cinq premiers sont Maurice, Rwanda, Maroc, Kenya et Botswana. Dans la région Est-africaine, l’Ouganda est 122e, la Tanzanie est 137e, Burundi 164e, et le Sud-Sudan 187e. Les derniers en Afrique sont : La Somalie, l’Erythrée, Sud-Sudan, la Libye, la RCA et la RDC(182).

Les points forts du succès des économies de la région au cours des 15 dernières années comprennent:

Le Rwanda reste le plus grand réformateur de la région avec 52 réformes en 15 ans, suivi par le Kenya avec 32 réformes et Maurice avec 31 réformes.

Le Rwanda a aussi réduit le délai de règlement d’un litige commercial de 395  à 230 jours aujourd’hui, dans  le domaine de l’exécution des contrats.

En 2003, il fallait au moins 61 jours pour démarrer une entreprise, mais aujourd’hui c’est 24 jours.

La progression du Rwanda est un salut pour son peuple et son gouvernement, qui ne managent aucun effort pour mettre en place les mécanismes favorables au business. Il y a lieu que les voisins l’imitent, mais tout dépend de la priorité, la concentration et la collaboration citoyenne.  C’est son Or et Pétrole à lui, petit pays enclavé, avec un président visionnaire et exceptionnel, de qui l’Afrique doit attendre les innovations en 2018, quand il sera à la tête de AU.

click here to receive the updated news on facebook on twitter

Jean Baptiste Karegeya

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire
Andika amazina